« Monstrants » contre les manifestants

Crédit photo : Andreï Chapran

Crédit photo : Andreï Chapran

Les « monstrations » (du russe « demonstratsia » qui signifie manifestation) gagnent en popularité en Russie année après année. On appelle Monstration ces actions du 1er moi où les gens manifestent avec des slogans paradoxaux qui néanmoins « représente un part de vérité à l'aide de pratiques artistiques » estiment ses participants.

« Monstration » ne soutient aucune revendication politique – l’originalité de l’action réside dans le fait que chacun exprime son opinion par des méthodes artistiques personnelles.

Les « monstrations » se déroulent le 1er mai chaque année depuis 2004, lorsque 600 personnes se sont « introduites » dans la manifestation du 1er mai ordinaire en portant des affiches aux messages absurdes. Il n’y a pas de scénario, on déclare seulement le lieu et l’heure, le reste dépend d’une improvisation complète et de l’autoexpression des participants. « Monstration » n’est pas une flash mob ou une performance, c’est plutôt un happening, c’est-à-dire un événement organisé sans réelles idées ou plan pour sa mise en œuvre.

« Réjouissons-nous du soleil ». Crédit : Andreï Chapran

La première action de ce genre en Russie s’est déroulée à Novossibirsk en 2004, et depuis lors s’y déroule annuellement. Le but principal des « monstrations » est l’autoexpression au travers de slogans absurdes et des affiches telles que : « Je veux faire connaissance avec Lioudmila. Le cannibale », « Qui est là ? », « Les bananes sont une bonne source de potassium », ou encore « Nous restons en hibernation » lorsque en 2008 la neige tombait encore le 1er mai.

Artiom Loskoutov

est un artiste russe et un des organisateurs de mobilisations annuelles de « Monstration » à Novossibirsk, il est membre du groupe « Grand-mère après les obsèques » et jusqu'à ce jour membre du groupe CAT (Contemporary Art Terrorism). Il s'est fait largement connaitre après son arrestation, accusé de détention de marijuana et outrage à un officier de police. Ses opposants trouvent certains de ses travaux inacceptables d’un point de vue moral ou éthique. Une question reste donc ouverte, celle de savoir si certaines de ses œuvres (tels que « Novossibirsk sans toxicologues » et les « Prêtres mouillés ») représentent une promotion de la drogue et une offense au sentiment religieux, ce que serait une violation du code pénal de la Fédération de Russie.

En 2010, la « monstration » de Novossibirsk a été fort médiatisée, probablement suite à « l’affaire Loskoutov », un des organisateurs de l’action nommé Artiom Loskoutov qui avait été condamné à l’amende pour détention de drogues et à un mois de détention pour outrage à un officier de police.

Pour la « monstration 2010 », les organisateurs ont appelé à agir de manière plus consciente, à savoir, créer des projets artistiques et des slogans qui ont du sens. En conséquence, en 2010 « monstration » a reflété les mèmes Internet et les récents développements de la vie socio-culturelle (les seaux bleus, une vague de protestations publiques contre les faux gyrophares sur les toits des voitures des fonctionnaires). C'est également en 2010 qu'une telle action a eu lieu pour la première fois à Moscou, Saint-Pétersbourg, Perm, Riga, Krasnoïarsk, Omsk et Vladivostok. Quant à la «monstration» de Novossibirsk, elle a reçu le prix d'Etat « Innovation-2010 » dans la catégorie « Projet régional ».

En 2011, d'après les données de la Mairie, près de 3.500 personnes ont pris part aux « monstrations ». Cette année, les organisateurs ont fait une demande auprès de l'administration de Novossibirsk pour rassembler 6.666 personnes. Artiom Loskoutov n'a pas exclu que « monstration 2012 » soit la dernière, en effet, d'après lieu la fin du monde est pour décembre.

Crédit : Andreï Chapran


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.