Une Russie inexplorée

Source : service de presse

Source : service de presse

La riche culture et la beauté envoûtante des régions reculées de Russie se posent en alternative aux circuits touristiques traditionnels.
 

Une diversité naturelle, culturelle et ethnique comme en Russie n'existe dans aucun autre pays au monde. Le potentiel de l'industrie touristique dans cet Etat, qui s'étend sur 9 000 km d'ouest en est et 5 000 km du nord au sud, sur un territoire qui comprend 11 fuseaux horaires, est énorme. Le développement de ce secteur est l'une des priorités du gouvernement dans les années à venir.


Depuis la fin de l'année 2011, est mis en place au niveau étatique un programme de développement à grande échelle du tourisme à l'intérieur du pays, qui comprend la création d'une infrastructure moderne, attractive et compétitive et un travail d'information visant à promouvoir les possibilités du tourisme en Russie.


En avril, au Centre de Russie pour la science et la culture de Paris, dans le cadre de la campagne d'information de l'Agence fédérale pour le tourisme baptisée « Russian Tourism Roadshow », 15 régions de la Fédération de Russie ont présenté différents produits touristiques uniques et itinéraires à travers le pays. Elles ont également évoqué le potentiel économique de l'industrie touristique ainsi que les secteurs d'investissement les plus prometteurs.

On peut y voir les circuits touristiques traditionnels de renommée mondiale en Russie centrale, et en apprendre davantage sur quelques monuments étonnants, comme le bunker de Staline à Samara (le plus grand au monde) et des projets prometteurs tels que la Semaine de Diamant en Yakoutie. Dans la République de Sakha, qui a enregistré la plus forte température négative jamais enregistrée avec 72 degrés en dessous de zéro, les touristes venus du monde entier pourront à partir d'août prochain participer directement à l'extraction et au traitement des diamants.

« Dans la République du Daghestan, 70% du territoire est recouvert par les montagnes. Mais sur les 30% restants on compte les 534 km de plages de sable de la mer Caspienne. C'est une ressource énorme, quasiment inexploitée jusqu'à présent », a déclaré Vitaly Demtchenko, le chef adjoint de l'Agence du Tourisme de la République du Daghestan. M. Demtchenko a également souligné que dans la république étaient conservés plus de 6 000 monuments historiques et culturels, certains d'entre eux inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco.

Le chef adjoint du Département du développement des stations et du tourisme de la région de Krasnodar, Gueorgui Bykov, a rappelé à Paris que les stations de Kouban se trouvaient à ​​la même latitude que le sud de la France. La longueur du littoral des mers Noire et d'Azov atteint par ailleurs 1 200 km sur son territoire. Pour les amateurs de loisirs plus exotiques, à Kouban a été récemment créé le complexe ethnographique vivant Ataman, composé de 35 maisons cosaques colorées, qui recréent la vie et les coutumes des familles cosaques du XVIIIe au XXe siècle.

« Le Pomorie est un endroit où il y a tout ! », s'est enthousiasmé pour commencer sa présentation de la région d'Arkhangelsk Sergueï Chiroki, employé du parc national Arctique russe. Le centre spatial de Plessetsk, le plus grand musée européen de l'architecture en bois, la mer Blanche et les îles Solovki, la production de diamants de couleur, les « portes de l'Arctique » (la ville d'Arkhangelsk), de laquelle sont parties beaucoup d'expéditions vers le pôle Nord : tout ceci se trouve dans une seule et même région.

En décembre 2010, le parc national Arctique russe y a été créé. C'est le troisième parc national de par sa taille, et le plus septentrional de Russie. Il comprend l'île Serverny de Nouvelle-Zemble et le grand archipel François-Joseph, principalement peuplé d'ours polaires (3 000 au total). Ce n'est qu'ici que vous pouvez voir des narvals et la baleine boréale, et en juin des coquelicots polaires. Ce privilège n'est pas donné, mais Sergei Chiroki assure que le parc cherche à réduire le prix des produits touristiques et deviendra bientôt plus accessible.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.