Les fonds du lac Baïkal explorés à l'UNESCO

Crédits photo : Dimitri de Kochko

Crédits photo : Dimitri de Kochko

La préservation du lac Baïkal, véritable « trésor de l'humanité », et les premiers résultats scientifiques acquis grâce à trois années de plongées dans le lac le plus profond du monde, ont mis en évidence d'intéressantes pistes de développement et de protection dynamique de l'environnement le 24 avril dernier au siège de l'Unesco à Paris. 

Organisée par la « Fondation pour la préservation du lac Baïkal », créée en 2008 à l'initiative du groupe financier russe Métropol avec plusieurs scientifiques, le colloque à l'UNESCO visait à présenter certaines des pistes de recherches scientifiques, lancées par les découvertes  faites par des plongées à 1.600 mètres de profondeur, au cours de trois années par deux sous-marins russes de type Mir, qui sont les seuls avec deux autres sous-marins, capables de plonger dans de telles abysses.
Les eaux du lac, qui est aussi la plus grande réserve mondiale d'eau douce, peuvent être menacées par certaines industries proches, notamment un combinat de papier qui a déjà provoqué des protestations d'organisations écologistes russes. Selon le dirigeant du groupe Métropol, M. Mikhail Slipentchouk, la question principale en ce domaine est la nécessité de moderniser la production du papier dans des « conditions écologiquement sûres ». Il a estimé que ce combinat qui avait « plus de trente ans » n'a toutefois pas porté atteinte à la limpidité des eaux du lac. 

Des « fuites » de pétrole venant du fond du lac et décelées par les sous-marins auraient dû en revanche polluer les eaux car ces résurgences de pétrole sont estimées à quelque 4 tonnes pas an. Les scientifiques ont découvert qu'il n'en était rien grâce à l'action de micro-organismes qui « dévorent » le pétrole... Les recherches sont en cours pour mieux comprendre comment fonctionnent ces micro-organismes en vue de leur éventuelle utilisation contre les marées noires ailleurs dans le monde.

D'autres richesses gisent aussi au fond du lac, selon certains témoignages : l'or de la banque de Russie que transportait un train durant la guerre civile et qui s'est retrouvé au fond du lac. personne ne l'aurait trouvé depuis, même pas les sous-marins Mir, affirment les responsables des plongées.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.