Une grève de la faim pour des élections justes

Le candidat de Russie juste Oleg Cheïne et ses partisans ne reconnaissent pas les résultats de l'élection, évoquant des fraudes massives commises pendant le décompte des voix. Crédit photo : Kommersant

Le candidat de Russie juste Oleg Cheïne et ses partisans ne reconnaissent pas les résultats de l'élection, évoquant des fraudes massives commises pendant le décompte des voix. Crédit photo : Kommersant

L’opposition russe continue ses protestations contre la fraude électorale. La dernière action « pour les élections justes » bat son plein à Astrakhan (Volga) où Oleg Cheïne, ex-candidat au poste de maire de la ville, a entamé une grève de la faim il y a plus de trois semaines.

L'élection du maire d'Astrakhan a eu lieu le 4 mars dernier. Selon la commission électorale locale, l'élection a été remportée par le candidat du parti au pouvoir Russie unie Mikhaïl Stoliarov, qui a obtenu 60% des voix. M. Cheïne (Russie juste) est arrivé en deuxième position avec près de 30% des suffrages. Ses partisans ne reconnaissent pas les résultats de l'élection, évoquant des fraudes massives commises pendant le décompte des voix. Les partisans de Cheïne exigent qu’on leur montre les vidéos de surveillance de tous les bureaux de vote.

« Le parquet ne dispose pas d'informations attestant l'existence de fraudes lors du décompte des voix de l'élection du maire de la ville d'Astrakhan », a déclaré le vice-président de la Commission électorale centrale (CEC) Léonid Ivlev.

« Le parquet a interrogé les membres des commissions électorales sur la falsification des résultats du vote et a examiné les vidéos de surveillance. Les informations concernant les fraudes n'ont pas été confirmées », a-t-il déclaré.

Oleg Cheïne envisage d'ester en justice vendredi pour obtenir l'annulation des résultats de l'élection du maire d'Astrakhan. « Vendredi matin nous saisirons la justice », a-t-il indiqué aux journalistes.

M. Cheïne a précisé que le dossier serait complété par les enregistrements vidéo contenant des preuves de fraudes commises lors du décompte des voix.

La grève de la faim dure depuis plus de trois semaines et risque de porter une grave atteinte à la santé des opposants. A présent, 22 personnes participent à l'action. Selon les grévistes, ils ont déjà perdu de 4 à 12 kilos chacun.

Le leader du Front de gauche (Levy front) Sergueï Oudaltsov, un des organisateurs des rassemblements d'opposition à Moscou, s'est déclaré prêt à suivre la grève de la faim menée depuis le 16 mars par l'ex-candidat au poste de maire d'Astrakhan Oleg Cheïne et ses partisans. Autre leader de l’opposition russe, le blogueur anti-corruption Alexeï Navalny est parti pour Astrakhan pour soutenir Oleg Cheïne.

Le premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré ne pas comprendre les raisons pour lesquelles le membre de Russie juste Oleg Cheïne a entamé une grève de la faim afin de protester contre les résultats de l'élection du maire d'Astrakhan.

« Mon opinion est que s'il y a des fraudes susceptibles de mettre en doute la crédibilité des résultats, la cour de justice doit les annuler. Si la cour n'y voit pas de raison, il faudra accepter les résultats », a indiqué mercredi M. Poutine lors de son intervention devant les députés de la Douma, chambre basse du parlement russe.

« A ce que je sache, votre collègue Cheïne a entamé une grève de la faim sans saisir la justice. A dire vrai, c'est étrange », a-t-il déclaré aux membres de la fraction parlementaire du parti Russie juste.

Les participants à la grève affirment qu’ils poursuivront leur action jusqu’à ce que les membres des commissions électorales leur montrent les vidéos de surveillance.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.