La Russie et la France ouvrent un nouveau couloir aérien

Crédits photo : AFP/East News

Crédits photo : AFP/East News

Les deux pays se sont mis d’accord en ce qui concerne l’accroissement de la fréquence des vols et la désignation des transporteurs s nationaux. Le prétendant français est une petite compagnie Aigle Azur constituée par les Chinois, tandis que du côté russe se sont deux compagnies aériennes, Transaero et Sibir, qui vont se disputer le marché français.

Lors des négociations qui ont eu lieu le 29 et le 30 mars, les gouvernements russe et français ont conclu un accord sur la libéralisation de la communication aérienne.  Il s’agit de désigner le deuxième transporteur régulier national pour les vols reliant Moscou à Paris (Orly) et à Nice à une fréquence de sept vols par semaine pour chaque itinéraire.  Pour l’instant, il n’y a qu’un seul transporteur désigné pour ces villes, du côté russe (Aeroflot) comme du côté français (Air France).

La demande de Transaero de supprimer les restrictions pour les vols dans la zone de 200 kilomètres autour de Paris et de Nice n’a pas été satisfaite. Par ailleurs, cette compagnie aérienne déjà pu relier dorénavant ces villes avec Moscou par vols directs.

A présent les autorités aériennes  russe et française doivent désigner le second transporteur national pour chaque paire de villes. Selon Rosaviatsia (Agence fédérale du  transport  aérien), la date pour une séance de la commission à ce sujet n’a pas été encore fixée.  La France, de son côté,  n’a pas non plus encore choisi qui sera le deuxième transporteur.  Maxime Millefert, chargé  de mission pour la négociation des accords aériens de la Direction de l’aviation civile de la France, a précisé que cela pourrait être Aigle Azur, qui avait participé à la rencontre intergouvernementale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.