Agenda des prochaines manifestations en Russie

4 février protestation sur la place Bolotnaïa. Crédits photo : RIA - Novosti

4 février protestation sur la place Bolotnaïa. Crédits photo : RIA - Novosti

Février à toutes les chances de devenir le mois le plus prolifique en matière de manifestations de masse. Rien qu’à Moscou, le 4 février, plus de 250 000 personnes sont sorties dans les rues. Ce record pourrait cependant être battu d’ici le début du printemps.

Plusieurs organisations politiques et civiles agissent pour réunir le plus de manifestants possible d’ici fin févier, et surpasser le chiffre de 250 000 participants. Les organisateurs des manifestations « pour des élections justes » veulent organiser un « cercle humain » et un cortège d’automobilistes, les pro-Poutine prévoient une marche et un meeting  sur la rue Tverskaïa, tandis que Troisième force (Tretia sila), les opposants à la « révolution orange », veulent se réunir à part, en retrait du centre.

Toute fois, toutes ces actions n’ont pas encore obtenu les autorisations de la Mairie, qui a demandé, dans certains cas, de réduire le nombre de participants attendus et de revoir le choix des emplacements.

Des mouvements similaires sont attendus dans de nombreuses régions de Russie en février.

19 février : Cortège automobile dans toute la Russie


Le comité d’organisation, qui travaille depuis décembre aux rassemblements  « Pour des élections justes », a décidé de faire preuve d’originalité. Fort du succès du cortège automobile qui s’est tenu le 29 janvier sur le périphérique de la capitale, il compte l’étendre à toute la Russie. Tout comme le premier, ce cortège sera soutenu par la Ligue des Electeurs et sera organisée par le biais des réseaux sociaux.

Les automobilistes seront priés de décorer leur voiture de rubans, de ballons ou de sacs blancs – couleur de la contestation contre le pouvoir – et de rouler en boucle sur un circuit donné.

Il est difficile de savoir combien de villes prendront part à cette action car chaque participant vient de lui-même. Dès à présent, des bénévoles de plus d’une vingtaine de villes, dont Saint-Pétersbourg, Togliatti, Barnaoul, Nijni-Novgorod, Samara, Volgograd et Kazan, ouvrent des groupes sur VKontakte ou Facebook pour réunir les volontaires.

Selon les organisateurs, le cortège automobile du 29 janvier autour de Moscou a réuni près de 3000 véhicules, seulement 300 aux dires des autorités policières.

23 février : Rassemblement pro-Poutine

L’équipe électorale de Poutine, le Front populaire panrusse, compte organiser le 23 février en plein cœur de Moscou, sur la rue Tverskaïa, une marche de 200 000 personnes se terminant par un meeting d’une heure et demi sur la place Manejnaïa.

La demande d’autorisation n’a toujours pas été validée, en raison du grand nombre de participants déclarés. La mairie a demandé de revoir les chiffres à la baisse, à 100 000 personnes, et à déplacer le meeting vers le mont Poklonnaïa ou le stade Loujniki.

L’attaché de presse de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, n’a pas exclu une apparition du Premier ministre en personne.

4 février à la Poklonnaïa Gora.(Crédits photo : RIA Novosti)

23 février : Les communistes, les libéraux et Russie juste se disputent la rue Tverskaïa

Les communistes ont fait une demande d’autorisation pour une marche sur la rue Tverskaïa jusqu’à la place Teatralnaïa pour un meeting de 13h à 14h30, avec 5000 participants, afin de célebrer les 94 ans de l’Armée soviétique. Mais les autorités ne sont prêts à donner leur accord que pour la place Manejnaïa.

Pour Russie juste, la demande porte sur une marche de la place Manejnaïa jusqu’à la place Pouchkinskaïa pour un meeting  de 13h à 15h, avec 2000 personnes. Les autorités leur ont demandé de revoir l’emplacement.

Les LDPR (les libéraux-démocrates), eux, comptent réunir sur la place Pouchkinskaïa 2500 personnes. Les autorités de la ville ont demandé aux organisateurs de réduire le chiffre des participants à 1500 personnes.

23 février : La Troisième force (Tretia sila)

Le mouvement anti-orange, qui est opposé aux manifestations de masse mais ne veut pas non plus soutenir Vladimir Poutine, a décidé de faire sa propre manifestation, organisée par Sout’ vremeni (L’essentiel de notre temps).

Selon le représentant du groupe Sout’ vremeni, Sergueï Kourguinian, la Troisième force exprimera clairement tous les mécontentements à l’encontre du pouvoir actuel mais aussi son net refus de la « peste orange ».

Ses membres ont annoncé 15 000 participants et ont proposé quelques emplacements au choix. Une réponse définitive sera connue après examen de leur demande par la municipalité. Les organisateurs parlaient des environs du hall d’exposition VDNKh.

La dernière manifestation « anti-orange » du 4 février sur le mont Poklonnaïa  fut très pro-Poutine. Les forces de l’ordre ont compté 140 000 participants. Ayant largement dépassé les 15 000 attendus, la chef de file de l’organisation et vice-présidente du parti « Les patriotes de Russie », Nadejda Korneeva, s’est vu infliger une amende de 1000 roubles (40 euros). L’amende a été payée par Poutine lui-même.

26 février : Cercle humain et adieu à l’hiver politique

Encore une manifestation originale « pour des élections justes » qui se tiendra le 26 février. Elle se déroulera sans grands discours, sans slogans, ni pancartes, à 14h sur le trottoir intérieur du périphérique. Les gens sont invités à venir se tenir les mains pour former  un « grand cercle blanc ». Selon les organisateurs, 34 000 personnes suffiraient pour encercler entièrement la capitale.

La municipalité a décrété que cette action ne nécessite pas d’autorisation officielle si elle n’entrave pas la circulation. Une fois le cercle formé, vers 16h, c’est l’adieu à l’hiver politique de Poutine qui sera fêté. A l’instar de la fête folklorique russe de la Maslenitsa, semaine des crêpes – sorte de Carnaval orthodoxe – des poupées à l’effigie de Poutine seront brûlées, a annoncé Sergueï Oudaltsov, un membre du comité d’organisation et du Front de gauche (Levy front).

Sont également prévues des interventions d’activistes politiques et civils du mouvement « pour des élections justes » ainsi que des observateurs indépendants des élections à venir. La demande d’autorisation pour cette action a été déposée à la Mairie lundi dernier pour un millier de participants.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.