La Russie bientôt fermée à l’immigration ?

Crédits photo : Kommersant

Crédits photo : Kommersant

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine s’est joint à la rhétorique de campagne sur l’immigration illégale. Jusqu’à présent, il a proposé de sévir contre les employeurs qui engagent des sans-papiers et d’obliger les migrants à passer des examens de langue, de littérature, d’histoire et de culture russes.

À première vue, les propositions de Poutine paraissent logiques : l’immigration illégale augmente en Russie, tout comme les violences ethniques et les discours nationalistes. Selon des chiffres récents du Service fédéral de la migration (SFM), environ 14 millions d’immigrants arrivent chaque année en Russie. 77% d’entre eux sont originaires des anciennes républiques soviétiques, et 10% de la zone euro. Plus de 2 millions de sans-papiers s’installent à Moscou chaque année, contre 400 000 immigrants légaux. Une grande partie de ces gens travaillent dans le secteur de la construction, qui risque d’être le plus affecté par la proposition du Premier ministre prévoyant la prison pour ceux qui emploient des immigrants illégaux ou leur fournissent un logement.

« Beaucoup d’immigrés illégaux vivent en Russie », indique Valéria Kasamara, responsable du Laboratoire d’études politiques de l’École supérieure d’économie. « Ces gens se cachent de la police, vivent dans de mauvaises conditions, enfreignent la loi et, pour ne pas dire autre chose, mettent mal à l’aise certains locaux ». Kasamara n’est pas entièrement convaincue par les propositions de Poutine. « L’examen obligatoire pour les étrangers permettrait de filtrer et s’avérerait utile pour attirer des spécialistes et des professionnels dans le pays », explique-t-elle. « Néanmoins, la plupart des migrants diplômés choisissent de s’installer dans d’autres pays car la Russie accuse un retard dans ce domaine ». « Ces mesures restrictives ont peu de chances d’être efficaces pour lutter contre l’immigration illégale car elles ne s’attaquent pas à la racine du problème », ajoute-t-elle.

Iouri Korgouniouk d’Indem, groupe de réflexion moscovite, partage cet avis. Pour lui, la proposition de Poutine n’est qu’« une tentative typique d’un régime policier qui souhaite résoudre un problème compliqué ». « Au lieu de changer le système et de travailler sur une politique de migration réfléchie, Poutine propose des mesures sévères pouvant provoquer une augmentation de la corruption », affirme Korgouniouk.  

Ces nouvelles dispositions doivent entrer en vigueur en 2013 et toucheront non seulement les personnes demandant la nationalité, mais également celles qui veulent un permis de travail. Les hommes d’affaires américains et européens travaillant en Russie sont préoccupés par les déclarations de Poutine, même s’ils ne savent pas encore exactement dans quelle mesure ces propositions les toucheront. « Je pense qu’il va de soi que l’avenir de la Russie en tant que grande puissance dépend de sa capacité à attirer, et non repousser, des millions d’immigrants », indique l’entrepreneur et banquier Bernard Sucher, membre du conseil d’administration d’Aton Group, basé à Moscou. « Il est évident que M. Poutine comprend cela parfaitement. Nous supposons donc que ces commentaires sont plutôt rhétoriques et visent à éveiller un électorat en grande partie apathique. Mais si le Premier ministre est sérieux – et impose de nouvelles barrières à l’immigration –, la Russie deviendra inévitablement un pays plus pauvre, moins dynamique et moins compétitif ».

Prises dans le contexte de la campagne présidentielle de 2012, les déclarations de Poutine peuvent être vues comme une tentative d’attirer une partie non négligeable de l’électorat russe ayant des opinions anti-immigrés et nationalistes. Les rassemblements organisés par des groupes nationalistes attirent régulièrement des milliers de personnes dans les rues. Mais Korgouniouk considère les propositions de Poutine comme des tentatives populistes visant à gagner des voix auprès des citoyens moyens apathiques, « les électeurs non informés, les gens de la rue »,  plutôt que des nationalistes marginaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.