Déjà victimes de la mode

Crédits photo : service de presse

Crédits photo : service de presse

«Viquious Enfants » est la nouvelle marque fondée par Vladimir Viquious, couturier et styliste russe installé à Paris. Après avoir suivi une formation dans la Maison Pierre Cardin, il s’est fait la main en créant des modèles pour des projets de cinéma et de théâtre. Aujourd’hui, il habille la toute nouvelle génération de petits parisiens. Son show-room se situe boulevard Haussman, à deux pas des Galeries Lafayette et du Printemps.

Vladimir Viquious, couturier et styliste russe. (Crédits photo : service de presse)

En octobre 2011, le public découvrait sa première collection, intitulée « Les enfants aiment jouer » et composée de robes légères aux coupes élégantes, aux silhouettes strictes mais relevées de finitions en dentelle. Au défilé, se succédaient des robes de coton joliment ornées, des modèles à pois en soie, des chemisiers brodés de motifs à fleurs ainsi que des pantacourts à pinces en velours. Que Vladimir Viquious ait jeté son dévolu sur la France n’est pas anodin. Pays de la mode par excellence, c’est un lieu idéal d’inspiration pour les créateurs. « Ma ligne pour enfant est la continuation de mes collections adulte. De plus en plus souvent, les Maisons, en plus de leur lignes pour homme et femme, s’adressent aux enfants et créent des collections rien que pour eux. J’ai voulu suivre cette tendance moi aussi, et faire partie des précurseurs en ce domaine ! »

Vladimir Viquious est venu s’installer en France en 2010. « J’ai toujours été fou de la France, dans le bon sens du terme, bien sûr. Pour moi, comme pour la plupart des Russes, c’est le reflet même de la magnificence. J’ai voulu contribuer à renouer les liens si forts qui, d’antan, existaient entre la France et la Russie. Redonner à ces relations leur splendeur et leur faste. » 2010 était, de plus, l’année croisée entre les deux pays.

Crédits photo : service de presse

L’un des principes sur lequel insiste Vladimir pour la fabrication de ses vêtements est l’utilisation des matières organiques naturelles. Pour cela, il emploie la techologie Biotouch. L’important est de garder la sensation des belles choses : le confort doit aller de pair avec le côté ludique et mignon. « Les enfants sont naturels et spontanés. Leurs vêtements doivent leur donner cette liberté tout en étant beaux car, comme nous le savons, le bon goût s’insuffle dès la plus tendre enfance », affirme le couturier, avant de préciser : « Pour les petits, il faut créer comme pour les grands, mais en mieux. »

Or, les enfants sont tous différents, et leur rapport à la mode aussi. Certains se révèlent des « modeux » invétérés dès leur plus jeune âge et cherchent à copier les manières de papa et maman en jouant aux adultes. Le styliste considère que les parents doivent soutenir et diriger ce mimétisme de manière à former le goût vestimentaire de l’enfant.

Crédits photo : service de presse


La prochaine collection automne-hiver 2012/2013 de Vladimir Viquious ne tournera plus autour du jeu mais aura le mérite de réchauffer les plus frileux. Le couturier a puisé ses sources d’inspiration dans le roman de Victor Hugo, Les Misérables.  « Il y aura du cuir et de la fourrure, des manteaux en peau retournée et plein d’autres choses. Le thème : « Les enfants ne s’habillent pas comme tous, mais mieux que tous ! » On constate de nos jours que les enfants sont tous habillés pareil : jean, petit gilet. C’est comme un uniforme ! »

Dans sa nouvelle collection, il débarrasse les petits loups de leurs uniformes et les revêt d’habits plus sophistiqués, mais qui ne les limitent pas dans leurs mouvements. «  Si en français, Les misérables ont une connotation de marginalité, ça ne signifie en aucun cas que je vais leur faire porter des haillons. Je veux au contraire montrer que des vêtements élégants peuvent être aussi pratiques que le jean-maille. Je suis en train de relire le roman de Victor Hugo pour me replonger dans l’atmosphère, mais les modèles seront modernes. »

Le défilé « Viquious Enfants » se tiendra à Paris le 25 janvier, à l’hôtel Le Bristol, au 112, rue du Faubourg-Saint-Honoré, dans le 8e arrondissement à Paris.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.