Elections sous haute vidéosurveillance

Crédits photo : RIA - Novosti

Crédits photo : RIA - Novosti

Suite aux vagues de protestations provoquées par les résultats des élections législatives, Vladimir Poutine décide, à la veille des élections présidentielles, de mettre en place un système de vidéosurveillance dans les bureaux de vote.

L'idée d'équiper les bureaux de vote de webcaméras a d’abord été exprimée par l'écrivain Boris Akounine, lors du meeting de protestation sur la place Bolotnaya. Akounine considère que cette mesure permettra d’éviter à une même personne de voter fois dans différents bureaux de vote. Puis cette proposition a été saisie par le Premier ministre et candidat à l’élection présidentielle, Vladimir Poutine, qui a  promis la mise en place d’un système de vidéosurveillance pour les prochaines élections présidentielles du 4 mars 2012.

La Russie se fait livrer actuellement ses équipements de vidéo retransmission. Ce matériel  arrive de Taiwan,  de Chine et d’Europe sur sept avions-cargos. Pour la retransmission, quatre types de caméra et deux types d’ordinateurs ont étés choisis. Le traitement de données sera assuré par les serveurs nationaux.

Des tests du système de retransmission via Internet  sont prévus pour la fin du mois de février sur 60% des bureaux de vote. Le coût commercial du projet s’élève à 25-30 milliards de roubles  (650-750 millions d’euros). 13 milliards de roubles (325 millions d’euros) proviennent du budget fédéral et  le reste est financé par l'investisseur, qui est l'opérateur en télécommunications national.

L'utilisation de fonds injectés sera suivie par les experts qualifiés. Dans chaque bureau de vote, deux caméras seront installées. La première sera dirigée vers l'urne et l’endroit du dépouillement du scrutin et la seconde assurera une vue globale. Pendant le dépouillement du scrutin, il y aura une retransmission simultanée sur le web.

Selon les prévisions des experts,  le nombre de visionnages  dépasseront les 1-1,5 millions et les vidéos postées sur le web représenteront, en durée, plus de 246,5 années de film.

Plus de détails sur ce dispositif dans l’article de Vedomosti


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.