Les joies de la glisse

Crédits photo : RIA Novosti

Crédits photo : RIA Novosti

Le patinage est le sport d'hiver préféré des Russes. Un divertissement très à la mode, qui rassemble les catégories socio-professionnelles les plus diverses: des étudiants branchés aux cadres et dirigeants de sociétés, en passant par les expatriés, les immigrés tadjiks, et encore bien d'autres.

The joy of skating from Russia Beyond The Headlines on Vimeo.

 

Le 1er décembre, le parc Gorki a ouvert la plus moderne des patinoires de Russie, et la plus grande d'Europe. Une patinoire en plein air, recouverte de glace artificielle, d'une superficie totale de 15 000 mètres carrés, et qui devrait être maintenue en parfait état, selon sa direction, jusqu'au printemps prochain.

 

Malgré ses aspects de grandeur, la patinoire n'occupe qu'une modeste superficie de l'immense parc moscovite. Pour y entrer, il faut passer par le pavillon aux lumières roses. Le personnel, à l'entrée, est accueillant et serviable, bien que peu d'entre eux parlent l'anglais, ou une toute autre langue étrangère. Les étrangers qui souhaitent patiner devront donc apprendre quelques phrases de russes pour se faire comprendre. 

 

Informations pratiques

La patinoire du parc Gorki comprend un terrain pour les joueurs de hockey, un labyrinthe pour les enfants, une infirmerie, et quelques cafés pour réchauffer les parents avec un bol de vin chaud et quelques mets à grignoter (un café coûte 140 roubles/3,40 euros, un verre de vin chaud, 150 roubles/3,60 euros). La patinoire est ouvert tous les jours de 10:00 à 23:00. La journée, elle ferme de 13:00 à 17:00 pour entretien technique de la patinoire.

Dans les vestiaires, il fait particulièrement chaud. Un écran diffuse les programmes de la chaîne de divertissement « Dojd » (« TV Rain » une chaîne optimiste, selon sa propre définition). Dehors, les ondes de la très populaire radio en ligne Follow Me animent la patinoire. Des annonces viennent s'ajouter, de temps à autres, à toute cette agitation sonore: un poli «merci d'être venu», et un inspirant «invitez donc une demoiselle à une danse sur la glace»...

 

Pour tout dire, cette patinoire est en réalité un bout de l'allée centrale du parc, agrémenté de petits chemins recouverts de glace qui convergent vers elle. Les pistes de la patinoire sont entourées de rampes en bois, destinées au patineur inexpérimenté, qui pourra toujours s'agripper et se déplacer depuis les vestiaires jusqu'à la première échoppe venue. 

 

Contrairement à ces « boîtes », qui se mettent à pousser sur toutes les places des grands centre-villes européens à la veille de Noël, la patinoire du parc Gorki rappelle l'attraction Aventureland de Disneyland Paris. On y ressent la créativité et le design: au-dessus de la patinoire, ont été suspendus des ponts en bois, qui offrent aux visiteurs une vue panoramique sur les patineurs. Bien sûr, il est impossible de s'y glisser en patins à glace. Des lampes et guirlandes lumineuses éclairent les chemins verglacés de la patinoire, et au bord, des sapins décorés ont été déposés ça et là. A l'origine de ce décor, des Allemands de la société 4a Architekte, en collaboration avec le cabinet d'architecture Wowhous. 

 

A la question, pourquoi ne pas avoir prévu plus de pistes, Nikolaï, un participant au projet a simplement répondu en souriant tristement: «Abramovitch a dit qu'après le Nouvel An, il est possible que nous l'agrandissions. Pour l'instant, la patinoire n'a toujours pas été payée» (l'oligarche russe Roman Abramovitch est l'un des investisseurs principaux de la patinoire du nouveau parc Gorki).

 

Pour l'instant, la patinoire affiche une perte. «Les deux premiers jours, on nous a volé 280 paires de patins», se lamente Nikolaï. 

 

Les premiers jours de l'ouverture de la patinoire, les paires de patins ont été quasiment offerts à tous les visiteurs, qui n'avaient qu'à payer l'entrée. Un geste naïf, réalisé dans les meilleures intentions: «Nous avons acheté 5 000 paires de patins, pour que tout le monde puisse en faire... Nous avons décidé de ne pas les louer, on s'était dit que le parc doit être accessible à tous les visiteurs, alors prendre un dépôt, ça paraissait vulgaire!», a raconte Sergueï Kapkov, le chef du département de la Culture de Moscou et directeur du parc Gorki.

 

Malheureusement, la tentation de recevoir une paire de patins neuve pour seulement 150 roubles (3,60 euros, soit le prix de l'entrée à la patinoire) a pris le dessus sur la plupart des habitants de la capitale venus se dégourdir les jambes. A tel point, qu'en à peine une semaine, la patinoire s'est vue amputée de quelques 500 paires de patins à glace. Désormais, il faut déposer la somme de 1500 roubles (36 euros) pour pouvoir emprunter des patins. Sans exception. 

 

 

Jeux de glace, jeux cocasses

 

Nombreux sont ceux qui frémissent à l'idée d'aller faire du patin à glace en plein air, en passant plusieurs heures dans le froid. Ils ont tort: hormis le vin chaud, il existe beaucoup d'autres astuces pour se réchauffer et ne pas grelotter sur la piste. Par exemple, s'adonner à des jeux amusants. En voici quelques-uns des plus populaires:

 

Routcheek (le petit ruisseau) est le moins dangereux. Les participants, en équipes de deux, forment deux rangées, se tenant les mains par le haut. Les couples passent alors tour à tour sous la haie d'honneur, pour venir se placer en bout de chaîne, et ainsi de suite. Un bon moyen de faire de bonnes rencontres. 

 

La petite locomotive est sans doute le plus amusant. Il s'agit de faire une chenille, ce qui, sur la glace, demande beaucoup plus d'adresse. Celui qui conduit la locomotive se munit d'un sifflet pour prévenir les autres du départ ou de l'arrêt du «train». Attention aux virages, route verglacée!

 

Les petits sorciers est réservé aux casse-cou. Deux équipes, l'une pourchasse, l'autre ne doit pas se faire attraper si elle ne veut pas être «ensorcelée». Gare à celui ou celle qui se fait ensorceler! Contraint à ne plus bouger, il (ou elle) devra attendre qu'un membre de son équipe ne vienne le (la) délivrer. Et le jeu continue, bien sûr, jusqu'à ce que l'équipe ne soit ensorcelée au complet!

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.