Un Courchevel pour le Caucase

Crédits photo : Anton Denissov/RIA Novosti

Crédits photo : Anton Denissov/RIA Novosti

Roza Khoutor, la station phare des futurs jeux olympiques de Sotchi 2014, est inaugurée samedi 24 décembre.

La neige est au rendez-vous ; les remonte-pentes, tout le matériel sont d'importation, flambant neuf. Huit ans après sa création par Interros, la société du milliardaire russe Vladimir Potanine, la station ouvre ses portes aux fondus de poudreuse. Lui-même très amateur de ski, Vladimir Potanine n'a pas hésité à sortir de sa poche 1,7 milliards de dollars pour une station qui selon ses mots « ne sera pas seulement la meilleure station de ski russe, mais également un sérieux concurrent pour les stations européennes ». Interros a loué les services de la société française Compagnie des Alpes » pour opérer un domaine skiable niché dans un magnifique cirque montagneux. « Roza Khoutor a acheté chez nous la capacité à concevoir en trois ans une station à un niveau que les stations françaises ont mis 50 ans à atteindre » commente Danièle Clergeot, directeur général adjoint de la Compagnie des Alpes.

Le domaine skiable offre un ensemble de pistes équilibré, avec des pistes accessibles aux débutants et des pistes noires très techniques et raides. C'est Roza Khoutor qui accueillera l'épreuve reine des JO d'hiver : la descente (féminine et masculine). Des tronçons de la piste noire en question ont déjà ouverts au public de bon niveau. La déclivité atteint des angles supérieurs à 45°, de véritables « murs », pour reprendre le jargon des skieurs.  Le sommet de la station culmine à 2320m, ce qui reste modeste par rapport aux stations alpines. Mais « Roza Pic » (c'est son nom), offre un magnifique point de vue panoramique à 360° sur une partie du Caucase encore largement sauvage, notamment vers le Sud, derrière la frontière avec l'Abkhazie. Mais selon le directeur général du domaine skiable Jean-Marc Farini, le véritable point fort de Roza Khoutor, « c'est la qualité de la neige », explique ski aux pieds. « Elle est d'une qualité exceptionnelle, grâce à la concordance de deux facteurs. D'abord, toutes les pistes sont dans l'ubac. La neige n'est pas directement exposée au soleil et garde sa fraîcheur plus longtemps. Deuxième facteur : l'influence humide venant de la Mer Noire » précise ce responsable de la Compagnie des Alpes résidant sur place depuis 10 mois.

Le groupe français compte sur son contrat sur 25 ans avec Roza Khoutor pour jouer le rôle de tête de pont sur le marché russe. « A partir des JO de 2014, nous pourrons commencer notre expansion » explique Danièle Clergeot. La clientèle russe sera-t-elle au rendez-vous ? Pour les fêtes de fin d'année, les hôtels sont déjà pleins à ras bord, explique un porte-parole du comité olympique. « La station française la plus proche est certainement La Plagne », juge Arkady, un homme d'affaires russe très friand des pistes alpines, interrogé pendant qu'il chausse son surf. « Cet hiver, je vais continuer à skier en France, car Roza Khoutor n'est encore qu'à moitié ouverte. Et puis les compétitions vont monopoliser la station pendant les trois saisons à venir. Mais à partir de 2015, il est possible que je vienne plus souvent ici que dans les Alpes ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.