Made in USSR

La photo de Boris Eltsine lors de la manifestation devant la Maison blanche en 1991. Crédits photo : AFP/EastNews

La photo de Boris Eltsine lors de la manifestation devant la Maison blanche en 1991. Crédits photo : AFP/EastNews

À l'époque soviétique, un sceau de qualité était estampillé sur les objets produits par l'industrie nationale. Les biens marqués de cet emblème étaient réellement de grande qualité. Aujourd'hui, 20 ans après la chute de l'URSS, nous avons demandé aux lecteurs du quotidien russe Rossiyskaya Gazeta de nous dire ce qu'ils regrettaient de la défunte URSS.

Infographie de Niyaz Karim

Ivan, Russie, n'habite pas à Moscou, 39 ans, employé dans les finances :

« Je regrette beaucoup de choses : le sentiment de fierté pour son pays, un faible niveau de criminalité, des garanties et l'égalité sociales, un enseignement de qualité, entre autres. »

Artiom, Russie, Krasnoïarsk, 23 ans, employé :

« Ouvrez les yeux, en réalité rien n'a changé depuis lors, à part le niveau de formation qui a chuté. »

Stanislav, Russie, Krasnodar, 28 ans, travaille dans le droit et l'audit :

« Ce qui me manque, c'est l'idée d'un peuple uni, d'un but unique. Par contre, la bureaucratie qui s'est autodétruite ne me manque pas. »

Sergueï, Russie, Nijni-Novgorod, 41 ans, employé :

« En URSS, il y avait tout de même un meilleur contrôle des fonctionnaires, et les forces de l'ordre fonctionnaient mieux, du moins au quotidien, pour les simples citoyens. »

Sergueï, Russie, Moscou, 30 ans, employé dans les finances :

« Les ascenseurs sociaux ne fonctionnent pas. Les autres marchent mais contre de l'argent. Je regrette ce qu'on a perdu : un enseignement, une médecine, des pensions, des logements gratuits et de qualité. Un travail garanti. La stabilité dans la vie, et bien d'autres choses. »

Janna, Russie, Krasnokamensk, Transbaïkalie, 45, professeur :

« Je regrette l'importance de la carte du parti (la carte de membre du parti communiste), les fonctionnaires n'en menaient pas large, ils avaient peur de la perdre. »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.