Une intégration délicate mais réussie dans le tissu industriel local

Crédits photo : AGS Glass Europe

Crédits photo : AGS Glass Europe

Implanté à Nijni Novgorod via Bor Glassworks depuis 1997, le producteur de verre plat, AGC Glass Europe, a dépensé jusqu'ici 770 millions d'euros pour conquérir le marché russe.

S'implanter à Nijni Novgorod via le rachat d'une entreprise lo­cale : c'est l'option gagnante qu'a choisi AGC Glass Europe (jadis Glaverbel), spécialiste du verre, en acquérant, en 1997, 75% du capital de Bor Glassworks, premier producteur de verre plat en Russie depuis les années 1930. De quoi minimiser les risques, selon la société, « dans un immense pays en route vers une économie de marché », commente-t-on au siège de Bruxelles. À l'époque, AGC Glass Europe se donne ainsi le temps de se familiariser avec le tissu économique local, d'organiser sa structure de management et de former ses collaborateurs. Bor Glassworks dispose de deux ­lignes flottantes de conception occidentale pour une capacité totale de plus de 1 000 tonnes par jour, d'un équipement permettant de fabriquer du verre pour la production locale de 900 000 voitures par an ainsi que d'un réseau de distribution constitué d'une vingtaine de sociétés en Russie. Des atouts qui décident AGC à acquérir une position stratégique, laquelle allait lui permettre de prendre « dix ans d'avance » sur ses concurrents. Somme toute, AGC Glass a reproduit en Russie une stratégie de diversification géogra­phique et de présence sur des marchés émergents déjà appliquée en Tchéquie où l'entreprise a mis la main sur le producteur national de verre plat.

Bor Glassworks dispose d'un équipement permettant de fabriquer du verre pour la production locale de 900 000 voitures par an. Crédits photo : AGC Glass Europe

Quant à Nijni Novgorod : « L'administration locale comprend très bien l'intérêt d'accueillir des investisseurs étrangers » , dit-on chez AGC. Impôts, emploi, CSR (responsabilité sociale des entreprises), technologies innovantes ; « tout ce que le gouvernement de Nijni Novgorod pouvait pour AGC, dans les limites de la législation russe, a été fait pour faciliter notre implantation ». D'où le conseil aux entreprises étrangères candidates à une installation dans la région de prendre contact avec le vice-gouverneur de Nijni Novgorod, qui a en ­charge le département des investissements. « L'investisseur doit évidemment tenir ses promesses » , prévient-on chez AGC.

Quant à la réalisation et la gestion de l'activité, le professionnel du verre recommande de « confier d'importantes responsabilités au management russe. Mieux que quiconque, il saura respecter et tirer parti d'un environnement socio-économique et culturel dont la compréhension peut aisément échapper aux investisseurs étrangers. Des accords fiscaux, environnementaux et sociaux passés avec les autorités locales sont également recommandés pour sécuriser l'investissement ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.