Montée de L'intolérance : des statistiques inquiétantes

Crédits photo : RIA Novosti

Crédits photo : RIA Novosti

Selon un sondage récent commandé par la mairie de Moscou, un tiers des habitants de la capitale se dit hostile envers les immigrés au sens large, c'est à dire venant de l’étranger comme de la province russe. En 2010, les données de VTSIOM ont montré que le problème migratoire préoccupe davantage les habitants de Moscou que le chômage, l’écologie ou la corruption. En janvier 2011, 11% ont répondu que « e_SNbS le maire Sobianine devait tout d'abord gérer le flux migratoire provenant des pays asiatiques (comme le Tadjikistan, l'Ouzbekistan...)  ». Dans ce dernier sondage, 17 % des personnes interrogés pensent que le flux des migrants de l'ex-URSS est le problème essentiel. D'après Alexandre Verkhovski, directeur du centre Sova (spécialisé dans l'observation des problèmes liés à la xénophobie), les résultats du sondage moscovite sont proches des données générales du pays : 35% de la population a une attitude négative par rapport aux étrangers. Le nationalisme est déjà largement utilisé par plusieurs partis russe de droite comme de gauche et sera un élément central des élections légistalives de décembre.  

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.