Belozersk: la porte des mers du Nord russe

Mentionné pour la première fois dans la Chronique primaire en 862, Belozersk a été une étape importante pour les personnes voyageant de la Russie centrale vers le Nord.

Toutes les photos sont de William Brumfield


Les origines et l'emplacement initial de Belozersk, ville d'environ 10 000 âmes dans la région de Vologda, sont flous et incertains. Toutefois, « Beloozero » est considérée comme l'une des plus anciennes colonies connues des Slaves orientaux. Elle est mentionnée dans la Chronique primaire sous l'année 862 comme l'une des cinq villes accordée aux frères Varègues (ou Vikings) Riurik, et Sineus et Truvor qui, selon la Chronique, furent invités à régner sur les Slaves de l'Est dans ce qui s'appelait alors la Rous'.

Quels que soient les détails de son histoire, il est clair d'après son nom que la ville a toujours été étroitement liée au Lac Blanc (Beloe Ozero), un vaste plan d'eau douce du nord-ouest de la Russie. Bien que plus petit que les lacs Ladoga et Onega, le Lac Blanc est un maillon essentiel entre ces deux lacs et le cœur de la Russie. A l'extrémité sud-est, le lac Blanc se jette dans la Cheksna, un affluent de la Volga et itinéraire emprunté en été par de nombreux bateaux de croisière reliant Moscou et Saint-Pétersbourg.

Beloozero était située initialement à un autre endroit sur ​​le Lac Blanc, et la ville fut déplacée plus d'une fois avant de s'installer sur son emplacement actuel à la fin du XIVe siècle. Alors que le pouvoir de Moscou se renforçait au XVe siècle, Beloozero a acquis une importance stratégique en tant que rempart sur la frontière nord-ouest de la Moscovie et ses voies de transport fluviale. Ivan III (le Grand) comprit l'importance de cet endroit, et il construisit en 1487 une grande forteresse, ou Kremlin, dont les remparts orientaux sont toujours debout.

La ville prospéra au milieu du XVIe siècle, en tant que source de produits en fer et de poisson. Un rappel visible impressionnant de cette richesse est l'Eglise-forteresse de la Dormition, entamée en 1553 sur l'un des points les plus hauts de la ville. Beloozero a été le témoin des bouleversements de la dernière partie du règne d'Ivan le Terrible (1547-1584), quand la ville fut incluse dans son domaine personnel et servit de lieu d'exil.

L'inclusion de Beloozero dans des domaines d'Ivan ne l'empêcha pas de souffrir de la famine et des maladies qui touchèrent une grande partie du reste de la Russie à la fin du XVIe siècle. En 1612, la ville fut complètement mise à sac par des forces en maraude. Avec la reprise du commerce au XVIIe siècle, l'emplacement Beloozero et ses ressources naturelles s'avérèrent de nouveau avantageux. La cathédrale de la Transfiguration fut construite dans les années 1670, sous le règne du tsar Alexeï Mikhaïlovitch.

Avec la fondation de Saint-Pétersbourg en 1703, Beloozero se trouva dans une position charnière entre le bassin de la Volga et les grands lacs du nord-ouest, qui conduisaient à la nouvelle capitale impériale via la rivière Neva. En 1777, la ville fut officiellement rebaptisée Belozersk, et l'année suivante, elle obtint un nouveau plan s'inscrivant dans le cadre du projet de Catherine la Grande visant à repenser la vie provinciale en refondant les centres régionaux.  


Dans le cas de Belozersk, paysage naturel et urbanisme se marièrent avec succès. L'effet de terrasse créé par la pente douce de la ville vers le lac au nord fut utilisé pour créer un boulevard verdoyant (maintenant appelé Sovietski Prospekt) parallèle à la rive du lac. Le boulevard était flanqué par d'autres rues s'étendant d'est en ouest, qui furent croisées par un système de voies orientées nord-sud menant au lac. Ce plan était dominé à l'ouest par les hauts murs de terre du Kremlin, tandis que de petites collines surmontées d'églises l'ancraient du côté sud. Malgré le vandalisme infligé à ces églises durant la période soviétique, l'éloignement de Belozersk a permis de conserver une grande partie de son centre avec ses bâtiments du XIXe siècle.

La meilleure vue d'ensemble du Belozersk historique est offerte par les remparts du Kremlin. Cette citadelle est sans doute l'exemple architectural le mieux préservé d'un modèle de forteresse en terre autrefois très répandu parmi les Slaves orientaux. Plus ou moins quadrilatérale par sa forme, la forteresse était protégée sur deux côtés par un fossé. A la fin du XVIIe siècle, les remparts étaient encore surmontés d'un mur de rondins contenant huit tours et deux portes, mais tout ceci fut retiré au XVIIIe siècle. En dehors de la signification historique de la forteresse, ses hauts remparts offrent une vue imprenable sur la ville et le Lac Blanc.

Bien que Belozersk soit visible l'été depuis bateaux de croisière, très peu d'entre eux y accostent. La meilleure façon d'explorer la ville est d'y venir en voiture de Vologda, une option qui permet aussi un voyage à Kirillov, avec son monumental Monastère Kirill-Belozersky : de véritables reliques de la riche histoire du Nord russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.