Maison écolo

Début septembre, la première « maison active » (active house) de Russie à ouvert ses portes. C’est un projet architectural réalisé selon le concept européen des standards « verts ».

Crédits photos : Anissia Boroznova

L’idée même de « maison active » est une tentative de trouver l’équilibre optimal entre la consommation électrique, le confort de l’habitat et le respect de l’environnement pendant la construction. En Russie, le projet a été porté par l’entreprise danoise VELUX et le russe Zagorodny Proekt. A l’origine du projet, un modèle déjà existant  de maison 2020, réalisé dans six versions différentes en Europe.

Le terrain de construction se trouve à 20 km de Moscou, sur le territoire de  Zagorodny Proekt : 82,7 hectares au total. Le projet consiste à loger, à l’avenir, 6000 habitants dans cet espace. Mais une seule maison de 230 m² est « active ».

L’izba russe qui a plus ou moins servi de modèle à la « maison active ». En effet, le bois en est le principal matériau de construction et l’édifice se présente sous forme de volume unique avec une série d’éléments ajoutés (porche, balcon, mezzanine, cheminée). L’espace intérieur est divisé en deux, un espace de réception au rez-de-chaussée et des chambres au premier étage. La verrière en façade et les fenêtres VELUX donnent un sentiment d’espace ouvert.

L’eau chaude et le chauffage seront fournis par une pompe géothermique et des capteurs solaires. Un panneau solaire de 7,5 m de haut, sur la façade sud, devra compenser en partie la charge des systèmes techniques. Une ventilation naturelle intelligente et des protecteurs solaires automatiques réduiront les besoins en air conditionné. Une station météorologique sur le toit et des capteurs dans chaque pièce permettront de maintenir automatiquement une température confortable.

Le projet est plutôt coûteux, et la maison est évaluée à 28 millions de roubles. Mais la bonne surprise, ce sont les faibles dépenses d’entretien. Selon des évaluations préalables, l’eau chaude et le chauffage couteront 12 500 roubles par mois. A titre de comparaison, le gaz revient deux fois plus cher et l’électricité 17 fois plus cher. Afin de savoir combien la maison consomme réellement, une famille expérimentale de cinq personnes va s’y installer. Toutes les données de suivi du microclimat intérieur et de la consommation énergétique seront disponibles sur Internet en temps réel.

Pendant les trois premiers mois, la « maison active » sera ouverte aux visiteurs. N’importe qui pourra venir voir de ses propres yeux la maison indépendante et intelligente. Puis, une jeune famille avec trois enfants s’y installera.  

Comme l’a remarqué le président du conseil des directeurs de  Zagorodny Proekt, Dmitri Aksenov, le projet peut être comparé à un concept car. Peu de gens peuvent se l’offrir, mais sa vocation principale est de faire évoluer la mentalité des gens, les instruire, leur faire découvrir les nouvelles technologies et leurs avantages.

Le président de l’Union des architectes, Andrei Bokov, a souligné, quant à lui, qu’il soutiendra la construction de maisons-témoins « vertes » dans toutes les régions du pays, pour que les gens puissent voir pour eux-mêmes de quoi il s’agit. À l’heure actuelle, il n’existe pas en Russie de base normative pour les constructions vertes, mais la situation peut changer rapidement. « Dans l’année qui vient, nous projetons d’élaborer les standards de construction « verte » en Russie, de concert avec les ONG, les professionnels du bâtiments et les architectes », a déclaré Bokov lors de la conférence de presse. À noter qu’il considère que les modèles étrangers sont inapplicables et insiste sur la création de standards purement russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.