Remaniement spatial

Changement d’équipe à la Station spatiale internationale (SSI). Le 16 septembre, la moitié de l’équipage est revenue sur terre. Mais ni la NASA ni Roskosmos ne peuvent affirmer avec certitude quand la relève arrivera sur la Station. Les accidents qui se sont produits avec les navettes russes ont mis à mal les plans des deux agences spatiales.

Le lancement raté du vaisseau cargo Progress le 24 août dernier n’est pas seulement un hasard tragique. Du moins c’est l’avis des experts interrogés par La Russie d’Aujourd’hui. L’année dernière, la Russie a perdu six appareils cosmiques. Et toute une série de lancements ont du être reportés pour des « raisons techniques », ce qui, dans la plupart des cas, signifiait une défaillance du matériel et des machines pendant l’étape finale de la préparation au lancement.

Ces récents échecs ont non seulement mis en danger la réputation de la Russie comme puissance spatiale (après que les États-Unis ont quitté le programme Shuttle, les fusées russes sont devenues le seul moyen d’acheminer hommes et matériel en orbite), mais le fonctionnement même de la SSI. Un vaisseau devait partir pour la Station avec une cargaison pour les astronautes le 14 octobre, et un Soyouz le 28. Mais selon l’agence Interfax, les deux départs sont déjà reportés aux 1er et 14 novembre.

Du reste, les porte-paroles des agences russe et américaine ont  laissé entendre que les évènements pouvaient prendre un tour encore plus dramatique. « Si, pour une raison ou une autre, nous ne parvenons pas à envoyer l’équipage d’ici fin novembre, nous serons obligés d’envisager toutes les solutions, y compris celle de la mise de la station en régime autopiloté », a déclaré à Interfax Alexei Krasnov, le directeur des programmes de pilotage de Roskosmos. Cette possibilité de passage en régime autonome a été confirmée par le directeur des programmes de la SSI de la NASA, Michael Saffredini, qui a souligné qu’il y avait suffisamment d’eau et d’oxygène en stock sur la Station pour permettre à l’équipage de vivre jusqu’à l’été prochain.

Les causes de la situation actuelle ont été analysées par les experts Ivan Safronov Jr. ici (résumé de l’article, contenu intégral sur le site http://kommersant.ru/doc/1761326). 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.