Un festival pour ceux qui n'aiment pas lire

Crédits photo : Yulia Taranova.

Crédits photo : Yulia Taranova.

Le marché du livre multimédia à ciel ouvert Bookmarket s'est tenu ce week-end dans le parc Gorki à Moscou.

Crédits photo : Yulia Taranova.


Le Festival Bookmarket a tout juste un an. Néanmoins, il rivalise en toute confiance avec les salons du livre traditionnels que sont Non-fiction et MIBF (Salon du livre de Moscou). La raison réside dans son format inhabituel. Sur le Bookmarket, on peut non seulement lire et acheter des livres, mais surtout les écouter et en discuter. La lecture à voix haute en public est devenue un moment fort du programme. Le chanteur Andreï Makarevitch, les écrivains Max Frye et Andreï Rodionov, le réalisateur Pavel Mamonov et l'acteur Mikhaïl Efremov se sont notamment livrés à l'exercice.

« Nous avons voulu battre en brèche le mythe selon lequel les jeunes ne lisent pas, explique l'organisateur de la foire et directrice du « Bureau 17« Alexandrina Markvo. Nous sommes intéressés par les formes d'art basées sur le texte. C'est pourquoi le festival comprend non seulement des livres mais aussi des lectures théâtrales, du cinéma, des bandes dessinées, des dessins animés, et du multimédia ».

Le festival présentait à première vue des projets très éloignés de l'industrie du livre : un spectacle selon la technique verbatim, « Je suis moscovite », l'interprétation par l'« Artichaut-orchestre » d'œuvres choisies de Jacques Brel et Alexander Vertinsky, un concert du groupe « Plyumbum » avec des éléments de hip-hop et une installation électronique du groupe Miusha, populaire sur Internet. Cela a attiré vers la fête un nouveau public, peu enclin à fréquenter les salons du livre.

« C'est la première fois que je viens à un festival de ce genre, admet Alexandra, 16 ans. S'il n'y avait pas eu le concert de Miusha, je ne serais certainement pas venue. Mais en fait ce n'est  pas ennuyeux du tout, j'ai même téléchargé un livre sur mon mobile ».

Spécialement pour ceux qui aiment lire des livres sur des appareils électroniques, le festival a  prévu un espace multimédia organisé par les entreprises Imobilko et Abbyy. Ici, on peut télécharger n'importe quel livre.

 Pour les représentants des maisons d'édition, Bookmarket a également ouvert de nouvelles opportunités. « BookMarket, c'est à nos yeux un site alternatif pour la rentrée annuelle de septembre, explique  le porte-parole en chef d'Exmo, Polina Kniazeva. Le salon du livre est un événement assez conservateur, le public est dans l'ensemble adulte et ne change presque pas d'une année sur l'autre. Suite à la baisse sensible du marché, notamment lié au déclin de l'intérêt pour la lecture, nous avons besoin d'un dialogue avec la jeune génération des lecteurs ».

« Cette foire, ce n'est pas une histoire encore très claire pour nous, souligne Svetlana Dyndykina de la maison d'édition « La girafe rose ». Nous avons décidé de participer parce que nous essayons toujours les choses nouvelles, nous suivons ce qui se passe dans le parc Gorki, et nous trouvons ces changements très sympathiques. Peut-être nous que nous pourrons y rencontrer un nouveau lecteur. Quelqu'un qui n'est pas prêt à aller au salon du livre, ou qui n'est pas un lecteur aussi « professionnel » que les habitués de la foire Polytekh ».

Malgré la pluie qui n’a cessé d’arroser Moscou tout le week-end, le festival a obtenu cette année un franc succès. Une chose est sûre: Bookmarket-2012 entrera dans la liste des événements littéraires incontournables de l'année prochaine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.