Des ours et des Russes

L’ours est devenu l’emblème de la Russie au XVIIe siècle, époque de l’expansion de la principauté de Moscou dirigée alors par la dynastie des Romanov.

Image : Niyaz Karim.

L’Empire se serait étendu jusqu’au Pacifique et l’Amou-Daria. Mais si de nombreux ours habitaient ces terres occupées, la raison pour laquelle les Russes se sont identifiés à cet animal est pourtant à chercher ailleurs.

En fait, ni la cour des Tsars ni le peuple lui-même n’ont été à l’origine de cette représentation de l’ours « comme miroir de l’âme slave » : c’est en réalité la Grande Bretagne qui en est l’investigatrice. Les Britanniques commençaient en effet à se moquer de la soif d’ambition de la cour impériale de Saint-Pétersbourg, en présentant le pays comme un ours. 

Les Britanniques nourrissaient bien entendu eux aussi de grandes ambitions, mais ils préféraient se considérer comme un lion, animal plus noble que cet ours barbare et fainéant qui hiberne des mois durant puis se réveille de manière inattendue et violente.

Sous l’Empire des Tsars, des ours domestiqués étaient fréquemment utilisés pour divertir les convives pendant les réceptions, à la cour et dans les restaurants ; parfois on les obligeait même à boire de l’alcool. La tradition n’est aujourd’hui plus très répandue, mais il est toujours possible d’en trouver dans certains endroits de l’ex-empire. C’est pourquoi le ministre de l’Environnement ukrainien, Mykola Zlochevsky, a fini par interdire toute utilisation des ours à des fins ludiques. De même, il a créé une réserve où placer en sécurité les 80 ours rescapés.

Personnellement, j’ai une affection toute particulière pour l’ours Misha, le symbole des Jeux olympiques de Moscou (1980). L’illustrateur Victor Tchijikov avait alors la lourde tâche de montrer au public les bons côtés de l’ours emblématique de l’Union soviétique, mais au final il a réussi bien plus encore : il a créé la première grande mascotte sportive !

Durant ces Jeux, l’ourse Katya a montré son joli minois aux caméras du monde entier. Après ces débuts prometteurs, elle a fait carrière au cirque d’État du Bolchoï de Leningrad (sur la Fontaka) et a tenté de se constituer une bonne retraite en jouant également au cinéma.

Une emblème de l'équipe russe pour les Jeux Olympiques à Sotchi 

  Ironie du sort et paradoxe des temps modernes : les ours sont parmi les principales victimes des graves incendies de l’été dernier.

Indiscutablement, l’ours est encore bel et bien présent dans la culture russe. L’agence Mildberry Sports Lab vient ainsi de présenter le nouvel emblème des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi (2014), et devinez quoi : c’est un ours !

Lors de son discours au pays, le président russe Dimitri Medvedev (a propos, le mot Medved signifie « l’ours » en russe) a affirmé qu’ « il est très important car l’ours est un sujet qui unit les Russes et qui est compris par la plupart d’entre eux. »


 

Les auteurs du dessin, quant à eux, ont expliqué qu’il s’agissait du « vieil ours russe mais avec une signification nouvelle. Nous avons décidé qu’il serait plus pertinent de ne pas inventer de nouveaux personnages mais de travailler avec les anciens, en leur impulsant une signification nouvelle. »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.