12 curiosités sous l’égide de l’UNESCO

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Nous avons sélectionné 12 curiosités, situées en Russie, qui sont inclues dans la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

24 curiosités, situées en Russie, comprenant des chef-d'œuvres naturels ou créés par la main de l’homme, lieux de force et endroits historiques, sont inclues dans la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Suivant la tradition, nous en avons sélectionné 12 pour « la douzaine russe ».


Iles Solovetski


Crédits photo : Itar-Tass.


Les îles Solovetski constituent l’archipel le plus grand de la mer Blanche dont l’histoire et l’atmosphère sont uniques. Cet archipel est composé de 6 grosses îles et d’une centaine de plus petites. Au XVe sciècle, les ascètes Herman, Zocima et Savvati ont fondé sur ces terres austères situées à 165 kilomètres seulement du Cercle Polaire, un monastère. Cent ans plus tard, l’higoumène Philippe l’a transformé en avant-poste puissant du nord de la Russie.

Ses murs de pierre ont vu des éxilés et des disgraciés, les armées des stréletz et la marine britannique. Le début de la tragédie des Solovki a marqué le début du XXème siècle. Une fois le monastère fermé, en 1920, un camp de concentration bolchevik y a été ouvert, en 1923, principalement pour les détenus politiques. L’école des mousses de la marine du Nord y pris ses quartiers lors de la Grande Guerre nationale, puis ce fut au tour du musée et du parc des réserves des îles Solovetski, créé dans les années 1950. Le monastère des Solovki a été restoré en 1990 et est redevenu un des principaux centres orthodoxes du Nord de la Russie.

Kiji Pogost, Carélie


Crédits photo : GeoPhoto / Gippenreiter Vadim


L’ensemble architectural de KijiPogost, appelé la perle de laCarélie, donne l’impression d’avoir été créé par la nature qui l’entoure : les rives plates de l’île de Kiji et les eaux du lac Onéga. Ce chef-d'œuvre harmonieux dont les auteurs sont anonymes a été créé au XVIIIième siècle. La grande église de la Transfiguration, avec ses 22 bulbes à 37 mètres de hauteur, a été construite sans un seul clou ; selon la légende, le charpentier qui a construit cette église n’avait qu’un seul outil : une hache. Ayant terminé l’œuvre de sa vie, il l’aurai jetée dans le lac Onéga. La deuxième église de Kiji, l’église de l'Intercession de la Vierge, est plus petite et plus simple que celle de la Transfiguration. L’ensemble est complété par un clocher pyramidal monumental construit au XIXième sciècle.

Laure de la Trinité-Saint Serge, Serguiev Possad


Crédits photo : Aleksandr Grishin.


L’ensemble de la laure de la Trinité-Saint Serge qui paraît remonter vers le ciel se voit de loin, avec le dôme bleu de la cathédrale de l'Assomption couverte d’étoiles vives et le dôme doré du clocher de la laure culminant à 88 mètres de haut. Dans la cathédrale de la Sainte-Trinité en pierre blanche et à coupoles dorées se trouve la châsse avec les reliques de Serge de Radonège, le fondateur de la laure et un des saints russes les plus honorés. Le monastère est entouré des murs solides avec des tours : la laure comme plusieurs autres couvents russes était une véritable forteresse. Lors de la période de troubles, elle a résisté au siège des armées polonaises qui a duré 16 mois dans les années 1608-1609. L’entrée principale de la laure appelée la porte sainte est décorée de fresques racontant la vie de Serge de Radonège.

 }

Forêts de Komi

Crédits photo : Gippenreiter Vadim.


Les forêts vierges de Komi situées au nord des montagnes del’Oural, dans la République komie, sont les plus vastes forêts en Europe qui n’ont pas encore été touchées par l’activité humaine. La taïga épaisse avec ses animaux et ses oiseaux uniques couvre plus de trois millions d’hectare. Plusieurs habitants des forêts de Komi disparaissent et sont inscrits dans la liste rouge. Deux réserves naturelles sont situées sur le territoire des forêts : Iougyd Va, qui signifie « l’eau pure » en langue komie, et la réserve de Petchora-Ilytch avec ses mystérieuses idoles de pierre, résultat de l’érosion éolienne des roches, sur le plateau Manpoupouner.

Plateau de Poutorana


Crédits photo :      Kantor Vadim


Le plateau de Poutorana est une chaîne de montagnes isolée située dans le kraï de Krasnoïarsk en Sibérie orientale. Il est unique en Russie car il regroupe des écosystèmes différents sur un territoire de moins de deux millions d’hectares de toundra coupée de forêts, de désert arctique et de taïga vierge. Les vastes surfaces planes du plateau alternent avec les défilés de montagne, les canions et les vallées des lacs. On appelle parfois ce plateau « le pays de dix milles lacs et mille cascades », et c’est véritablement le seul lieu en Russie où il existe tant de chutes d’eau. La plus haute des cascades s’appelle Talnikov. La faune du plateau de Poutorana est unique elle aussi : le renne, le lynx et la zibeline rares habitent ici.

Sikhote-Aline


Crédits photo : Medvedev Vladimir


Le Sikhote-Aline central est une réserve de biosphère dans le kraï du Primorie qui s’étend de la mer du Japon à la chaîne de montagnes de Sikhote-Aline. On y trouve des forêts de sapin et de cèdre et des bois d'if, les lacs montagnards de Shanduï et les rochers sauvages d’Abrek. Les biologistes observent les gîtes des loutres de mer et les lieux de repos des oiseaux de mer sur le cap Severni et le cap Stchastlivi. On sauvegarde dans la réserve les espèces végétales et animales uniques. En 1935, l’année de la création de la réserve, la zibeline presque disparue à l’époque a été sauvée ici. Aujourd’hui, on peut y voir des animaux rares comme le tigre de l’Amouret  l’ours de l’Himalaya.

 }

Caucase

Crédits photo : Itar-Tass.


Le Caucase de l'Ouest, appelé aussi la réserve du Caucase, est la réserve forestière et montagnarde la plus grande d’Europe et la plus ancienne de Russie. Au XIXe sciècle, à l’époque des tsars, les grands-ducs chassaient ici, c’est pourquoi le territoire a été nommé « La chasse cubaine des grands-ducs ». Lors de la guerre civile du début du XXe siècle, les animaux peuplant la région ont beaucoup souffert et le nombre d’aurochs a beaucoup diminué. En 1924, une réserve d’aurochs du Caucase a donc été instaurée. Les principaux habitants de ces territoires sont toujours aujourd’hui des animaux à grandes mamelles dont l’aurochs de bison, le cerf noble, le chevreuil et le chamois. Les territoires alticole de la réserve sont célèbre pour leurs beaux pâturages alpestres.

Montagnes de l’Altaï


Crédits photo :Lori/Legion Media


Le nom des montagnes dorées de l'Altaï réunit trois régions de montagnes protégées de 16 000 kilomètres carrés de surface, notamment les réserves naturelles de l'Altaï et de Katoun et le plateau de l'Oukok. Le mont Béloukha (4 506 mètres) est le plus haut sommet des montagnes de l'Altaï. Son nom vient du fait qu’elle est couverte toute entière, du pied au sommet, de la neige blanche. Selon une croyance, la mythique Shambhala se trouve ici. Le lac Teletskoïe, ou Altyn-Kol comme l’appellent les locaux, avec des cascades et des grottes pittoresques situées à ses côtés, est une autre curiosité de l'Altaï. La région de l'Altaï est riche en monuments historiques : les archéologues ont trouvé dans le village Pazyryk des kourganes et des inhumations qui datent de l’âge d'airain.

Lac Baïkal

Crédits photo : Itar-Tass.


Le nom Baïkalprovient probablement du mot iakoute « baïgal » qui signifie « les eaux profondes ». Ce lac situé dans la Sibérie orientale est le lac le plus profond du monde. C’est aussi la plus grande réserve d'eau douce au monde. La profondeur du Baïkal est de 1 642 mètres tandis que sa superficie de plus de 30 000 kilomètres carrés lui permettrait de couvrir entièrement la Belgique ou le Danemark. Les eaux froides du lac sont tellement transparentes qu’on peut voir ce qui se passe à 40 mètres de profondeur et tellement pures qu’on peut les boire. Les circuits de 1 800 kilomètres, appelés le grand sentier du Baïkal, sont organisés sur les bords du lac.

 }

Le centre historique de la ville de Yaroslavl

Crédits photo :Lori/Legion Media


Le Centre historique de la ville de Yaroslavl est unique pour son agencement et son architecture qui date principalement du XVIIIe siècle . Yaroslavl est un des exemples les plus réussis de la réforme urbaniste de Catherine II. Les larges rues du centre historique plantées d’arbres sont formées par des maisons de deux à trois étages qui laissent les églises et les tours dominer la ville. Les rues en rayons se rencontrent sur la place principale appelée Sovetskaia. C’est là où se trouve l’église de l’Apôtre Ilia. Par chance, le centre de Yaroslavl n’a pas été detruit à l’époque soviétique ni plus tard, lors de la récente période chaotique de construction. Le quai Volzhskaya et le quai en pente douce de la rivière Kotorosl sont restés presque intacts.

Le KremlindeKazan 

Crédits photo :Lori/Legion Media


Kazan, la capitale de Tatarstan, est le symbole de la coexistence pacifique des cultures chrétienne et islamiste : des monuments qui ont de l’importance pour les orthodoxes aussi bien que pour les musulmans se situent dans le Kremlin au centre de Kazan. Le Kremlin a été construit sur la place occupée aux XII–XIVe siècles par la forteresse Boulgare tatare. Aujourd’hui, les cathédrales de l'Annonciation et de la Transfiguration voisinent sur les 1 500 kilomètres carrés du Kremlin avec la mosquée Qolcharif construite en 2005. Il est à noter que les cathédrales et la mosquée du Kremlin sont en activité. Une vue magnifique sur la Volga et les environs s’ouvre de la tour de guet Söyembikä. La résidence du président du Tatarstan est située dans l’ancien palais de gouverneur.

Monuments historiques de Véliki Novgorod 

Crédits photo :Lori/Legion Media


La ville deVéliki Novgorod qui n’est pas grande sur mesure russe avec ses 200 000 habitants est inclue dans la liste du patrimoine mondial grâce à un nombre impressionnant de monuments historiques. Le Detinets ou Kremlin de Véliki Novgorod est une forteresse au bord de la rivière Volkhov. Il est décoré par la Cathédrale Sainte-Sophie en pierre blanche, la première cathédrale construite en Russie par les Slaves. La ville regroupe aussi d’anciens monastères riches en histoire, dont le monastère de la Protection de la Mère de Dieu de Zvérin, le monastère d’Antoni et le monastère de Iouri. La belle église du Christ sur Nérédits aux proportions parfaite a été détruite lors de la Grande Guerre Nationale mais impeccablement restaurée. Le monastère de Péroune a été construit sur la colline de Péroune où se trouvait l’ancien temple païen. Au total, ce sont 37 monuments datant du Moyen-Age qui sont listés, à Novgorod Véliki, par l’UNESCO.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.