Tour de France : espoir russe

Photo : AFP

Photo : AFP

Cette semaine, le peloton de la course cycliste la plus prestigieuse au monde, le Tour de France, prend le départ de la dixième étape. Le premier tiers de la course n’a pas encore rapporté de succès majeur à l’équipe Katusha, qui participe à la Grande Boucle.

Grâce à de nombreux contrats fructueux, l’équipe Katusha rassemble désormais un ensemble impressionnant de coureurs étrangers : des Italiens, des Espagnol, des Belges, des représentants de la Moldavie et de la Biélorussie. Toutefois, selon son président et ex-coureur cycliste Andreï Tchmil, qui a remporté le non moins légendaire Paris-Roubaix en 1994, présenter un « noyau » de coureurs exclusivement russe au Tour de France est, depuis trois ans, la nouvelle étape du développement du cyclisme professionnel russe.

« C’est un évènement historique, lorsque, au moment du départ le plus important de la saison, les neufs coureurs de notre équipe sont Russes », pense Andreï Tchmil. « Katusha peut être fière d’y être arrivée ».

Sur les neuf étapes, parmi lesquelles sept étaient en plaine, le sprinter de l’équipe Denis Galimzyanov a réussi à terminer dans les dix premiers. Sur la septième étape, il finit sixième du classement. Avant la dixième étape, Alexandr Kolobnev a dû se retirer du Tour de France, lundi soir, après avoir été contrôlé positif à un diurétique. Le test anti-dopage «A», pris le 6 juillet, a révélé des traces d’hydrochlorothiazide, une substance interdite par l’Agence mondiale anti-dopage (AMA). Sans attendre les résultats du test «B», le coureur russe a décidé de se suspendre lui-même du Tour de France.

Dans le classement général, le numéro 1 de l’équipe Katusha, Vladimir Karpets, arrive seulement en 22e position, cédant sa place à Thomas Voeckler, à plus de cinq minutes du français. A la suite d’une mauvaise blessure, Pavel Brutt a quant à lui dû abandonner la course, dimanche, lors de la neuvième étape.

Outre ces grands noms du cyclisme russe, l’équipe Katusha du Tour de France 2011 est composée de Vladimir Gousev, Mikhaïl Ignatiev, Vladimir Isaychev, Egor Silin et Youri Trofimov.

Mikhaïl Ignatiev a commencé sa carrière de cycliste international sur piste, et a d’ailleurs remporté la médaille d’or de la course aux points lors des Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. L’année suivante, il devient champion du monde de course individuelle sur route dans la catégorie jeunes.

Jusqu’en 2005, Youri Trofimov n’était connu qu’en tant que spécialiste du vélo tout terrain. Vice-champion du monde cadet en 2002, il est sacré champion du monde espoir de cross-country en 2005.

Le point fort de Vladimir Gusev, ce sont les contre-la-montre, dont il a été cinq fois champion de Russie. Quant à Egor Silin, il est le plus jeune de l’équipe. Fin juillet, il fêtera ses 23 ans et recevra le droit de participer au Tour de France. Une belle opportunité pour le jeune cycliste.

Vladimir Isaychev fait sa première saison au sein de Katusha, mais il a couru auparavant dans l’équipe espagnole Galicia, sponsorisée pendant plusieurs années par l’actuel entraîneur et directeur général du Spartak Moscou, Valeri Karpin.

Le directeur sportif de Katusha, Dmitri Konyshev, qui en son temps a remporté quatre étapes du Tour de France, estime qu’étant donné que Karpets a terminé dans les dix premiers du classement général, le résultat final devrait être bon. Mais le numéro 1 de Katusha ne pourra pas revenir à son niveau de 2007, lorsqu’il a remporté les prestigieux Vuelta et Tour de Suisse.

Reste l’espoir misé sur Galimzyanov. Avec à ses côtés, le légendaire sprinter Mario Cipollini, qui est son conseiller spécial.

Sur le Tour de France, quelques étapes sur plat sont encore à prévoir et, avec des circonstances favorables et le soutien de ses partenaires, Galimzyanov pourrait démontrer ses qualités de vainqueur. Gagner l’une de ces étapes permettrait à l’équipe russe Katusha d’obtenir un excellent résultat.

En Russie, l’intérêt pour le Tour de France, retransmis chaque jour sur la chaîne Eurosport, accessible à de nombreux téléspectateurs russes, et l’attention portée par les médias au Tour de France ont considérablement augmenté cette année, notamment grâce à la présence de coureurs russes dans l’équipe nationale. Les supporters, las de voir que dans de nombreux sports, en particulier le football et le basket, les équipes russes engagent de plus en plus de professionnels étrangers, se tournent vers d’autres sports, moins traditionnels. L’idée originale des dirigeants de Katusha frappe en plein dans le mille.



Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.