Une nouvelle scène russe pour public averti

Photo : Nikolai Korolyov.

Photo : Nikolai Korolyov.

Jazz, Folk, Pop… La nouvelle scène musicale russe mélange tous les styles, pour des créations toujours plus riches. Voici un tour d’horizon de ces nouvelles tendances, très prisées des jeunes progressistes russes et des amateurs de musique « intellectuelle ».

Ceux qui aujourd’hui font de la musique pour les personnes cultivées :

 

Robert Glasper

Jazz expérimental


 

Pianiste le plus en vogue actuellement et le plus progressiste. Il a enregistré avec des artistes connus de hip-hop et R’n’B. En 2009, est sorti le quatrième album de Robert Glasper Trio, Doubled Booked, dans lequel il utilise un vocodeur, cet instrument électronique qui reproduit et transforme la voix humaine.


Nino Katamadze & Insight

Jazz ethnique



Cette chanteuse de jazz géorgienne interprète des chansons poignantes dans sa langue natale, accompagnée par le groupe Insight. Le mélange de l’ethnique et du jazz font la singularité et la beauté des mélodies et du chant de Katamadze. Sa musique, de grande qualité, s’adresse à tous, c’est pourquoi elle est appréciée à la fois du grand public et des musiciens de jazz professionnels. En 2003 (après un premier album), le groupe a remporté le prix « Ovation » du meilleur groupe de l’année.

 

Billy’s Band

Alcojazz

 

 

Une définition de l’« alcojazz romantique »? Les musiciens l’ont inventé eux-mêmes. Au départ, ils le surnommaient le « jazz de merde ». Son histoire commence avec Thomas Waits. Rapidement, il s’est avéré que les chansons de Billy Novik avaient un air de swing et de blues. En 2003, sans bénéficier de publicité particulière, le groupe gagne une énorme popularité auprès du grand public russe. En Europe, il est également devenu un invité régulier des festivals de jazz.

 

 

Pianoboy

Pop Alternative

 


Il s’agit du très talentueux pianiste Dmitri Shurov. Il collabore à la fois avec les groupes Okean Elzy et Esthetic Education. Il a écrit avec Zemfira son dernier album Spasibo, et la chanson de blues Etages avec le groupe de funk Boombox. Il compose également pour le cinéma et les défilés de mode. Son dernier projet, joué en solo (d’où le nom Pianoboy) gagne de plus en plus en popularité. Une musique minimaliste dans le style de Yann Tiersen avec une voix extraordinaire, du jamais vu en Russie.


Amsterdam Klezmer Band

Folk des Balkans

 


Le groupe a fait ses débuts dans les rues d’Amsterdam. A première vue, il peut paraître banal, un groupe comme il en existe des centaines en Europe. Emigré d’Odessa, Alik Kopyt interprète en russe la musique folklorique typique d’Odessa, dans laquelle il rajoute quelques coffeeshops et un peu d’herbe d’Amsterdam. Auparavant, Kopyt accompagnait Sergueï Shnurov et Evgenyi Guzdem à l’accordéon.



Genia Liubitch

Bossanova, chansons

 


La chanson française sur le sol russe devient, on ne sait pour quelle raison, inévitablement russe. En théorie, Genia Liubitch devrait être épargnée par ce fléau car elle a tout de même chanté plusieurs années avec le groupe français Nouvelle Vague. C’est seulement cette année qu’elle a lancé une carrière solo en Russie. Les chansons de Genia sont belles, et s’en dégage parfois un je-ne-sais-quoi de Willi Tokarev. Mais la voix de Genia Liubitch est bien meilleure sur l’estrade russe.



Obe Dve (Toutes les deux)

Indy-pop


 

La dernière fois qu’on a entendu un bon groupe de pop féminin russe, c’était Kolibri, ou encore Pep-See, dans les années 1990. La chanson Milyi (chéri) est déjà diffusée par la chaîne musicale A-One. Pourtant, il y a encore peu, le groupe n’était connu que dans leur ville natale d’Ekaterinbourg. Leur premier album Tu sais ce que j’ai fait est meilleur que tout ce qui a pu sortir dans la pop russe ces dix dernières années. Le potentiel pop est ici allié aux dernières tendances du rock indien occidental.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.