À la recherche du trésor

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Qui n'a jamais rêvé de trouver un trésor ? La Russie est peut-être justement l'endroit où réaliser ce rêve. A condition de bien connaître l'histoire, la géographie et la loi.

Trouver un trésor et oublier le bureau pour s'adonner jusqu'à la fin des temps à la béatitude sur une île paradisiaque est le rêve de la plupart des hommes. Et même si aujourd'hui il est plus réaliste de compter sur d'anciennes pièces de monnaie, boucles et broches que sur des coffres remplis de piastres d'or, la chasse au trésor peut tout à fait devenir une source de revenu stable.

Que chercher?

La Russie est le meilleur endroit pour les chercheurs de fortunes souterraines. Le pays a toujours été soumis aux guerres, et a connu révolutions et crises financières. Pour cette raison, on constate un nombre impressionnant de « cachettes », dans les sous sols des granges, utilisées « en cas de coup dur », et dans les greniers, des boîtes en fer blanc contenant des bijoux de famille. Chasseur de trésors de longue date, Vladimir Poryvaïev  se souvient, avec émotion, d’une trouvaille datant de la fin des années quatre-vingt-dix : un sac de voyage contenant des diamants. Selon ses dires, il réalisait sa recherche sur demande de personnes ayant entendu de leurs ancêtres l'histoire d'un trésor. La moitié du butin est revenu aux clients, l'autre à lui-même. Cela lui a suffit pour passer du statut de simple bêcheur à celui de propriétaire d’une importante agence de recherche de trésors. Certains accueillent cependant son histoire avec scepticisme, étant donné que les diamants sont en carbone, une matière qu'un détecteur de métal ne peut donc pas faire sonner, contrairement aux métaux précieux.

La proie principale des chasseurs de trésors sont les pièces de monnaie. Certaines valent quelques euros, d'autres un million de roubles (soit 25 000 euros). Les pièces n’ont pas besoin d’être très vieilles pour avoir de la valeur : certaines pièces de cuivre soviétiques, avec un peu de chance, peuvent valoir plus qu'une pièce d'or. Le prix peut être trouvé dans des catalogues spécialisés et sur des sites web d’enchères de trésors. Les acheteurs y trouvent également une large variété de broches, de boucles d'oreilles, de bagues, de clochettes, ou encore d'insignes, qui peuvent également avoir une grande valeur.

Où chercher?

La chasse au trésor est souvent considérée comme un jeu de chance et de hasard, ce qui fait certainement doucement ricaner les chercheurs expérimentés. Ce passe-temps nécessite une bonne formation et des connaissances spécialisées dans le domaine de la physique, de la géologie et de la formation des forêts. « Le chercheur qui ne peut pas déterminer à vue d’œil l'âge d'une forêt n'ira pas loin. Il continuera de ratisser le gazon pour une pièce de monnaie », explique le doctorant ès sciences historiques et chasseur de trésors Alexeï Penzenski. Les connaissances en matière de topographie, dans son développement historique, valent aussi leur pesant d'or. Certaines informations peuvent être téléchargées gratuitement sur Internet, mais il existe des documents topographiques rares qui coûtent une fortune. Une carte détaillée du Conseil économique suprême datant des années 1920, par exemple, est presque impossible à trouver.

Les chercheurs adaptent leurs cartes au système moderne de coordonnées et se mettent en route à la recherche de villages disparus ou abandonnés. Souvent, on arrive sur un terrain parsemé de trous que quelqu’un a déjà visité. Afin de ne pas se retrouver dans une telle situation, des connaissances plus pointues sont nécessaires. Généralement, le rêve du chercheur de trésor est de trouver une ville ayant disparu de la surface de la terre avant même que n'apparaissent les premières cartes de la Russie ancienne. Par exemple, des villages entiers brûlés pendant la période du Temps des Troubles, qui disparurent, par groupes de 5 à 10, dans les flammes, mais on ne les trouve pas si facilement. « En Russie, explique Alexeï Penzenski, la vie a toujours oscillé entre deux extrêmes : la recherche de l'eau et la fuite loin de l'eau. Les rivières étaient plus abondantes par le passé, et désormais elles sont régulées, l'eau a été utilisée pour les besoins de la bonification des terres. Si vous savez comment lire le relief du terrain, vous pouvez déterminer où était l'ancien lit du fleuve ».

Au fil du temps, les chasseurs professionnels développent un sens de l'observation et une compréhension du lieu et de la manière dont un trésor peut être caché. Tout d'abord, il s'agit de la proximité du logement. Deuxièmement, il est préférable d'inspecter les zones de conflit militaire, ou les villages abandonnés sur les anciennes routes commerciales, les auberges, à l'emplacement des foires et des marchés saisonniers. Mais les chercheurs de trésors ont leur code d'honneur. Par exemple, ils ne creuseront jamais dans une zone de combats récents ou dans les cimetières. Pas question non plus d'emporter une croix appartenant à quelqu'un d'autre, afin de ne pas prendre ses péchés sur soi. Il existe des histoires terribles relatant le sort peu enviable de personnes ayant méprisé ces règles, et chaque chasseur de trésor peut se rappeler un ou deux camarades s’étant attiré beaucoup d'ennuis pour avoir violé le code d'honneur.

Enfin, comment se comporter vis-à-vis de l'Etat si l'on trouve un butin précieux ? Selon la législation russe, une personne qui trouve un trésor a droit à la moitié de la valeur des biens découverts. La deuxième moitié revient au propriétaire du terrain sur lequel la trouvaille a été faite, sauf arrangement préalable contraire. En l'occurrence, s'il s'agit d'une terre publique ou municipale (ce qui est le cas de plus de 90% du territoire russe), la moitié du trésor revient à l'Etat.

Mais le principal dans la quête est de ne pas oublier l'adage : si vous mettez votre vie dans la recherche du trésor, vous mourrez dans l'indigence.

Cet article du magazine Itogui est publié dans une version raccourcie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.