Les Russes, adeptes du lèche-vitrines sur la Côte d’Azur

Crédits photo : Getty Images/Fotobank

Crédits photo : Getty Images/Fotobank

Les Russes figurent en troisième position parmi les adeptes du shopping sur la Côte d’Azur, devancés uniquement par les acheteurs du Proche Orient et les Chinois. Le panier moyen des Russes atteint 1 100 euros par magasin, selon un classement réalisé par l’agence Global Blue, qui a calculé ce panier moyen à partir du montant des remboursements de la TVA.

Les dépenses des étrangers dans les boutiques françaises ont augmenté l’année dernière d’un quart, et de 50% depuis le début de l’année en cours. Les Russes constituent 34% des clients étrangers des magasins de mode de la Côte d’Azur, suivis des Chinois et des Japonais (18%) puis des touristes du Proche Orient (14%). D’ailleurs, ces derniers dépensent plus que les autres : le prix moyen de leur panier est de 1 200 euros, soit 100 de plus que les Russes. Toutefois, certains Russes dépensent jusque 25 000 euros en shopping.

Pour les Russes, le shopping à l’étranger ne constitue pas uniquement une économie sérieuse : c’est aussi une source de satisfaction. Ils ont aujourd'hui la possibilité d’assouvir leur soif de consommation invétérée héritée de l’époque soviétique, commente le directeur général de Fashion Consulting Group Anna Lebsak-Kleimans.

« Seule la génération ayant grandi dans la suffisance, c'est-à-dire âgée de plus de 35 ans, se lance dans la consommation, qui sont la principale catégorie d’acheteurs, car ils ne connaissaient pas cet accès à la consommation dans leur enfance. Notre société est, de plus, matériellement orientée vers le luxe, les Russes ont besoin de posséder », estime Mme Lebsak-Kleimans

La plupart des ventes réalisées sur la côte d’Azur se font à Cannes, où 44% des touristes dépensent leur argent. Viennent ensuite Monte Carlo et Saint Tropez. Les hommes politiques et les hommes d’affaires russes achètent leurs habits à l’étranger. Parmi eux, le directeur général de GOST Hôtel Management, Sergueï Lyssenkov : « Affirmer que je m’habille principalement à l’étranger ne serait pas tout à fait exact, mais je considère, en effet, que ça en vaut la peine, car je n’ai pas beaucoup de temps à y consacrer, explique-t-il. Ma femme achète ses vêtements à l’étranger, et quand vous voyageons c’est une étape obligatoire dans notre planninf. Que ce soit un voyage organisé ou un week-end, nous dédions 15 à 20% du temps du voyage au shopping ».

En Europe, le shopping est beaucoup moins cher. Au lieu de dépenser 15 000 euros, on peut s’en tirer pour 10 000. Le président de la compagnie INKOM immobilier, Sergueï Kozlovski, préfère quant à lui acheter ses vêtements à Moscou.

« Le meilleur de la mode est à Moscou. J’ai été aux Emirats, en Italie, et en France : il n’y a rien de mieux qu’à Moscou. Le prix est le même mais le choix est plus grand. A l’étranger, soit dit en passant, il y a beaucoup moins de modèles que chez nous », estime-t-il.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.