Les dessous de l'embargo sur les légumes européens

Crédits photo : DR

Crédits photo : DR

La Russie, candidate à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a décrété un embargo sur les légumes en provenance de l’Union européenne. Cette riposte, disproportionnée pour les Européens et pour bien des Russes, intrigue. Et si derrière le souci sanitaire légitime se cachaient des intentions démagogiques (les élections approchent), voire des mesures protectionnistes ?
Entre de bonnes mains

La rédaction
Vedomosti
Quelle chance que la Russie ne soit pas membre de l’OMC ! C’est ce qui nous sauvera des terribles légumes européens. Nous avons la chance de vivre en Russie, où notre médecin en chef nous a maintes fois sauvés du vin moldave ou géorgien, du poulet américain au chlore et de la grippe porcine et aviaire. Aurait-il pu en faire autant si l’on pouvait contester ses actes devant un tribunal indépendant ? Pas sûr. L’embargo sur les légumes, c’est bien, mais pas assez. Comme nous le disent les médecins, l’E. coli est aussi un problème de mains sales. Tant qu’on y est, il faudrait aussi interdire l’importation de mains européennes, et ceux qui s’y rattachent.
Simulacre de sang-froid

Éditorial
gazeta.ru
Derrière cette répression commerciale pourrait se cacher une volonté préélectorale de jouer l’atout « on prend soin du peuple », tout en décochant une taloche démonstrative à l’Occident arrogant. Ce soupçon est renforcé par le sang-froid dont notre pouvoir fait toujours preuve dans des situations tout aussi dangereuses qui surgissent sans cesse dans notre pays. Mais contrairement à l’E.coli, les tonnes de produits avariés dans les supermarchés et les empoisonnements massifs récurrents dans les écoles ne deviennent pas des événements sensationnels. Ils ne débouchent même pas sur des sanctions à l’encontre des instances de contrôle sanitaire.
La guerre des salades

  Mikhail Rostovsky
Moskovski Komsomolets
Les Européens ne trouvent pas les causes de l’infection qui ravage leur continent, mais ils s’indignent de ce que la Russie refuse ses légumes ? ! La norme veut qu’un candidat à l’OMC doive en respecter les règles avant même d’y pénétrer. Ils exigent que nous les respections déjà, mais les respectent-ils, eux-mêmes ? Est-ce normal qu’un pays comme la Russie marine depuis des années dans le statut humiliant de « candidat éternel »? Mais cette guerre des légumes est à prendre au sérieux. Nous savons que quand le Kremlin se dispute avec tel ou tel ex-pays satellite, sa production agricole cesse généralement de répondre à nos normes sanitaires !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.