La Russie suspend les importations de légumes européens

Photo : Itar-Tass

Photo : Itar-Tass

L’agence russe de protection des droits des consommateurs (Rospotrebnadzor) a interdit le 2 juin les importations en Russie de légumes frais en provenance des Etats de l'Union européenne pour une durée indéterminée. La raison ? La propagation dans neuf pays européens d’une infection intestinale aiguë. Pas de déficit en vue : le volume des importations de légumes de l'UE est très faible, assurent les représentants du ministère de l'Agriculture. Mais l’agiotage pourrait affecter les prix des fruits et légumes, qui ont déjà augmenté de 45,6% en 2010.

« Pendant un mois, la situation n’a pas été maîtrisée. On n’a établi ni les sources de l'infection, ni les facteurs de transmission. La situation s'est aggravée de façon spectaculaire au cours des derniers jours, nous contraignant à adopter ces mesures très impopulaires », a indiqué le chef de Rospotrebnadzor et médecin en chef de Russie, Guennadi Onichtchenko. L'ordre de Rospotrebnadzor a déjà été envoyée au Service des douanes russes.

Le 30 mai, Rospotrebnadzor avait interdit jusqu'à nouvel ordre la vente en Russie de légumes crus - tomates, concombres et laitue - en provenance d'Allemagne et d'Espagne. M. Onichtchenko avait alors mis en garde contre la possibilité d'une interdiction totale.

L'infection a commencé à se diffuser depuis le nord de l'Allemagne. Désormais, on dénombre des cas d'infection dans huit autres pays : Autriche, Danemark, Pays-Bas, Norvège, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni. Selon M. Onichtchenko, on a enregistré 1 243 cas confirmés rien que dans l’UE. La plupart des patients se rétablissent dans les dix jours, mais certains malades peuvent développer des symptômes plus graves. Déjà 16 personnes sont décédées, dont 15 en Allemagne.

M. Onichtchenko a déclaré craindre l'importation en Russie d'infections intestinales depuis l’Europe. Il a appelé les Russes se trouvant en Allemagne à ne manger des légumes qu’après traitement thermique, et en général tous les concitoyens à « renoncer à la consommation de légumes importés en faveur des producteurs nationaux ». 


En Russie, seule la consommation de pommes de terre est inférieure à la production, mais pour toutes les autres cultures, la Russie dépend des importations. « Les importations satisfont la demande « hors saison », de janvier à avril. Et maintenant, la saison bat son plein, de sorte qu'aucun déficit ne menace de survenir. Surtout si vous regardez la structure des importations de légumes, la part des pays de l'UE est très modeste », assure un représentant du ministère de l'Agriculture. Selon le ministère, en raison de la sécheresse, la part des importations de concombres avait augmenté en 2010 de 1,9%, à 15,4% du total, et celle des tomates de 1,3% à 25,9%.

Gros plan sur les importations de légumes :

Légumes: la Russie dépendante des importations de l'UE

Selon les données de l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, les importations de légumes en Russie ont augmenté de 37% en 2010 par rapport à 2009, le volume des achats ayant atteint 2,28 milliards de dollars. Près de 7% venaient de Hollande, le plus gros fournisseur de légumes de l'UE. Selon les experts, les pays de l'Union européenne assurent jusqu'à 40-45% des importations russes de légumes.

La part de l'UE dans les livraisons de tomates en Russie atteint près de 20%, l'Espagne et les Pays-Bas comptant pour près de 5% chacun, et la Pologne pour 4%. Le plus gros fournisseur est la Turquie (40%), qui ne fait pas partie de l'Union européenne.

Concernant les pommes de terre, l'UE compte pour près de 50% des importations russes. Le plus gros fournisseur est la Hollande (26%), suivie de la France (10%) et de la Belgique (6%).

L'Europe compte pour 14% des importations russes de concombres et cornichons. Le leader européen est l'Espagne (10%), mais il est devancé sur l'ensemble des pays par la Turquie, avec 31%.

Concernant les importations d'oignons, les Pays-Bas remportent la palme avec 25%, les pays de l'UE assurant au total 26% des livraisons de ce légume en Russie.

Article publié dans sa version courte

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.