La mort de Ben Laden laisse les russes sceptiques

Crédits photo : DR

Crédits photo : DR

Le Président Dmitri Medvedev redoute que l’élimination d’Oussama Ben Laden n’ait des répercussions sur la sécurité dans son pays, Al-Qaida opérant aussi sur le territoire russe. La presse s’interroge sur les effets réels de cette décapitation du « terrorisme mondial », sur la capacité du monde à affronter le nouvel ordre (ou désordre) qu’il a instauré et sur l’avenir du djihadisme.
Une mort symbolique

La rédaction
Vedomosti
 
En Russie, nous savons que la liquidation d’un Bassaïev n’a pas réduit la terreur dans le Caucase du Nord. La structure en réseau du terrorisme moderne ne repose pas sur une direction centrale - les combattants sont financés par des sources différentes et visent des objectifs ciblés. La mondialisation est aussi celle des méthodes et les kamikazes du métro moscovite ressemblent à ceux qui faisaient exploser les bus israéliens il y a 20 ans. Ils n’ont rien à voir avec Al-Qaida et n’ont pas d’objectifs planétaires. La déclaration de guerre au terrorisme mondial remonte à George Bush mais le symbole de ce terrorisme a été éliminé par Barack Obama.
Un personnage secondaire
 
Fedor Loukianov
gazeta.ru

Ben Laden a créé l’image de l’ennemi idéal, du mal absolu. Tout gouvernement raisonnable se devait de soutenir les Américains dans leur volonté d’en débarrasser la planète. Le leadership des États-Unis, après la fin de la Guerre froide, a revêtu une forme concrète. Dix ans plus tard, le « terrorisme international » quitte la scène politique, mais les questions qui troublent l’ordre mondial ne sont pas résolues. Les institutions internationales du XXème siècle sont inadaptées. L’Amérique va devoir chercher de nouveaux moyens d’assurer sa domination. Ben Laden, légende vivante, puis morte, restera dans l’Histoire comme un moment de transition.
Ben laden n’est pas mort
 
Mikhail Rostovsky
Moskovski Komsomolets
Que nous donne la mort de Ben Laden, au-delà de la satisfaction morale ? Les débats sur les conséquences de cette mort portent en fait sur la vielle querelle du rôle de l’homme dans l’Histoire. Ben Laden a su faire du djihadisme mondial un modèle international. Il est moins l’organisateur de la terreur que son idéologue et inspirateur. Il continuera à tuer longtemps après sa mort. Il est devenu le symbole de ceux qui ont la vocation du martyre. Le ben-ladisme vivra et vaincra tant que n’apparaîtra pas un anti-Ben Laden, un leader spirituel qui pourra apporter une réponse moins sanguinaire aux questions de jeunes gens qui se sentent laissés pour compte.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.