Ruyan : une utopie au fin fond de la Sibérie

Crédits photo : DR

Crédits photo : DR

En Russie, une ville-nouvelle censée accueillir l'élite intellectuelle du monde entier verra bientôt le jour, en pleine cambrousse sibérienne. Sera-t-elle le nouveau Davos des humanistes ?

Á la question de savoir s'il a réussi à faire ce qu'il voulait dans la vie, Alexandre Kravtsov, businessman russe de quarante ans, répond sans hésiter: « Bien sûr ! J'ai fait ce que je considérais être le plus important ! ».


En1995, le jeune entrepreneurKravtsovfonde lasociété Ruyan, qui produit des équipements destinés autourisme. Après sept ans d'existence, lasociétéréussitàsetransformerenmarquedotée du beau nom d'EXPEDITSTIA, afin de conférer une teinte romantique au style de viedu voyageur en quêtede nouveaux horizons.

 

Aujourd'hui, EXPEDITSTIA est devenue une véritable holding, embrassant la production, sous franchise, d'équipements divers pour le tourisme, ainsi qu'une chaîne de restaurants, des complexes balnéaire et un journal. La fierté du propriétaire d'EXPEDITSTIA, ce sont les courses automobiles organisées dans des régions aux conditions climatiques extrêmes. Et en gestation, une nouvelle start-up consacrée à la construction d'une nouvelle ville dans la région de Tomsk, en Sibérie, sur un plateau à proximité du fleuve Ourtamka.

 

« Ruyan-ville sera sans doute assez proche d'un club pour élite, souligne Kravtsov, mais l'appartenance à l'élite n'est pas conditionnée dans ce cas par la situation financière ou l'influence politique. L'élite, ce sont des gens du monde entier, des artistes, des scientifiques, des hommes d'affaires, des spécialistes qui sont hostiles à l'état actuel de la civilisation humaine, qui ne sont pas d'accord avec la façon dont sont organisés les grands systèmes bureaucratiques, et qui veulent donc changer les choses. Ces gens pourront rencontrer leurs pairs à Ruyan-ville et échanger. »

 

Lapremière pierredelafuture villea été poséeennovembre 2010. Cette pierre avait été spécialement importéedel'îleallemandedeRügen, prototypepossibledel'île féérique du folklore russe deBuyan(d’où vient le nom Ruyan), renduecélèbre par AlexandrePouchkinedansle Conte du tsarSaltan. Dansl'interprétation dePouchkine, l'île hébergeait des forcesmiraculeusesqui luttaient contre le mal.


Actuellement, la construction de Ruyan-ville bat son plein, ce qui ne l'a cependant pas empêchée d'accueillir les participants d'un festival des jeunes entrepreneurs, malgré quelques difficultés liées aux problèmes d'enregistrement des droits sur le terrain.

 

« Les autorités locales ont pendant longtemps été incapables de comprendre ce que nous voulions. Elles estimaient qu'il y avait anguille sous roche : elles pensaient que nous voulions blanchir de l'argent, que sur ces terres se trouvaient des gisements d'or ou de pétrole, ou encore que nous étions une secte », explique Kravtsov.

 

Ceci nel'empêche paspour autant d'êtreoptimistequant à l'avenirdelaville : il estconvaincu qued'icicinqou six ans,Ruyan sera une ville viable. Elle sera dotée d'infrastructures etpourra accueillirenviron2 000résidentspermanents, ainsique10 000touristes. Kravtsov fait part de ses plans : « Notre fonctionnement sera semblable à celuidela station italienne deSirmione,sur le lac deGarde. Sur cette île, sont annoncées,à l'avance,sur untableau noir, le nom et la date de la venue dessommitésmédicales.ARuyan-ville on fera égalementsavoir à l'avancequels scientifiques, artistes ou investisseurs, seront présents et à quelles dates. Par la suite, les gens formeront des groupe d'intérêt ».

 

« A Davos,continueKravtsov, lesreprésentants degrands systèmes se réunissent. Je ne connais pas de plateformes où se réuniraient des gensissus de plus petits systèmes. Ruyan-ville a pour vocation de devenir cette plateforme ». Commen'importe quelleunité territoriale dela Fédération de Russie, Ruyan-ville serasoumise àla loirusse,maispossèdera égalementune sorte de règlementinterne.La ville fera l'objet de plusieurs interdictions spécifiques : les drogues, l'emploi de l’argot en présence de femmes, les alcools forts, la castration des animaux, l'homosexualité et l'expression formelle de la jalousie seront notamment bannis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.