L'Europe jauge la fiabilité des livraisons d'énergie russe

Crédits photo : Dmitri de Kochko

Crédits photo : Dmitri de Kochko

L'une des idées fréquemment exprimée est qu'il vaut mieux « ne pas se mêler des affaires de la Russie » et que L'Europe aurait à traiter avec le dirigeant que se choisiront les électeurs russes.

Pour M. Hervé Mariton, président du groupe d'amitié franco-russe à l'Assemblée Nationale, « nous pouvons critiquer les procèdures électorales en Russie mais seuls ses citoyens peuvent décider qui doit diriger le pays. Nous voulons que la Russie reste et se développe dans la stabilité qu'elle est parvenue à atteindre ces derniers temps ».

Pour le parlementaire serbe, Dusan Bajatovic, président du groupe de la défense et de sécurité au parlement serbe, “ l'Europe n'a aucune raison de le craindre un éventuel retour de Poutine à la présidence ».

Quel que soit le choix des électeurs russes, la coopération Europe-Russie restera l'élément fondamental de contruction d'une « grande Europe » que le sénateur et ancien ministre Jean-Pierre Chevènement a appelé de ses voeux en conclusion.


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.