Côte à côte pour plus de tolérance

Crédits photo : www.bok-o-bok.ru

Crédits photo : www.bok-o-bok.ru

Depuis 2007, le Festival de films Side by Side de St Pétersbourg se propose de traiter des difficultés rencontrées par la communauté Lesbienne, Gay, Bisexuelle et Transsexuelle (LGBT). Ouvrir un espace public de discussion autour du thème, sensibiliser et éduquer la société sur les discriminations dont sont victimes les minorités sexuelles et combattre l’intolérance : voilà les objectifs poursuivis par le staff du festival. Alors que l’édition 2011 vient de s’achever à St Pétersbourg, sa fondatrice, Manny de Guerre, revient sur ces quatre années de succès arrachées à force de persévérance et les projets à venir

Pourquoi avez-vous décidé d'organiser ce festival à St-Pétersbourg plutôt qu'à Moscou ?



Nous sommes basés à St Pétersbourg, aussi il était logique de travailler là, dans un premier temps.

Beaucoup de personnes croient que St Pétersbourg est une ville plus libérale, au niveau des mentalités notamment, et qu'il est plus facile d'y organiser certains projets qu'à Moscou. Il y a certainement une part de vérité là-dedans, mais l'administration de St Pétersbourg aussi a réagi négativement face à notre festival. En particulier en 2008 en fermant les deux salles de projection sous prétexte d'irrégularités dans les mesures anti-incendie. Malgré tous ces obstacles, nous avons continué de manière à ne pas laisser les voix de l'intolérance et de l'injustice prendre le pas. Cette année, le festival de film LGBT Side by Side a eu lieu dans des conditions beaucoup plus libres et ouvertes. Un pas significatif et la preuve que la persévérance est finalement récompensée.



Pensez-vous à organiser une édition dans la capitale ?

Nous avons eu de nombreuses demandes pour amener le festival à Moscou. Nous considérons sérieusement cette option et prévoyons que, dans un futur proche, le festival y soit organisé également.



Quand de grands cinémas, comme le Rodina cette année, vous ferment la porte au nez, prenez-vous cela comme une défaite ?

Le Rodina est un cinéma-théâtre d'Etat, aussi les décisions prises sont celles de ceux avec qui ils travaillent et expliquées par la gêne face à l’homosexualité et l’intolérance des institutions qui le dirigent. Ce n'est pas une défaite pour nous mais la démonstration de la pertinence du problème que nous essayons de combattre. Lorsque le Rodina ouvrira ses portes à notre festival, ce sera une indication majeure que nous avons bien fait notre travail.



Avez-vous déjà eu peur que le festival ne puisse pas avoir lieu du tout ?

Non. Cela ne risque pas d'arriver. Nous sommes toujours parvenus à faire en sorte que les évènements aient lieu. Nous avons fait l'expérience de situations de crises - inattendues ou non. Nous prévoyons des plans de secours et sommes capables de gérer ces difficultés et de passer outre les problèmes d'interruptions des manifestations organisées.



Quel accueil recevez-vous en région ?

Je suis ravie que nos festivals soient populaires et largement réclamés à la fois en région et à St Pétersbourg. En région, le festival a réuni plus de 7 000 personnes. C'est le signe qu’il est utile, et que les gens, à la fois les LGTB et les non-LGTB (25% de notre public s'identifie comme hétérosexuel) veulent discuter et s'informer des problèmes et des droits des minorités sexuelles.



Après vous être battue pour créer et organiser le festival, quelles sont vos victoires et qu'est ce qui vous donne l'envie de continuer?

Le festival Side by Side rencontre un grand succès et nous avons de nombreuses victoires. A travers les projections de films, les débats, les séminaires, les boutiques et les expositions nous avons créé un dialogue positif avec la société et bousculé les stéréotypes concernant la communauté LGBT, en informant et en mettant en lumière les problèmes rencontrés par des personnes liés à leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Les médias russes ont fait écho positivement du festival. Par exemple, la clôture du troisième festival de St Pétersbourg a été couverte par la chaine nationale « Rossiya » en octobre 2010. Deux reportages ont été faits et diffusés au niveau fédéral, atteignant la Russie entière et une audience potentielle de millions de spectateurs.

Enfin, nos visiteurs continuent de nous rappeler l'utilité et l'importance de notre festival.



Retrouvez l’équipe du festival le 17 avril, à l’occasion de la semaine Allemande organisée à St Pétersbourg par le Consulat Allemand et l’institut Goethe. Une projection de film et une exposition d’affiches de cinéma LGBT y seront organisées, ainsi qu’un débat autour de l’impact de la culture dans la tolérance d’une société. De nombreux invités seront présents dans les différentes manifestations, dont Skadi Loist, chercheur dans l’étude des médias et des festivals cinématographiques. De nombreux évènements sont à venir également à Arkhangelsk, Novossibirsk et Kemerovo en mai.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.