Tous sur la même longueur d’onde

Crédits photo : RIA-Novosti

Crédits photo : RIA-Novosti

Les rivaux s’unissent pour le 4G

Un accord inattendu a été signé en mars par les quatre grands opérateurs de téléphonie mobile russes pour la création et l’usa-ge conjoints d’une infrastructure de quatrième génération téléphonie mobile.

 

MTS, Megafon, Vimpelcom et Rostelecom étaient jusqu’ici à couteaux tirés et chacun concevait dans son coin ses stratégies pour créer son réseau 4G. Et voilà que, sans crier gare, ils annoncent le 3 mars, à l’issue d’une signature supervisée par le premier ministre Vladimir Poutine, un accord sans précédent de coopération ! Un opérateur unique, Skartel (marque Yota, spécialisée dans la fourniture d’accès Internet sans fil), réaliser a l’infrastructure du réseau 4G et louera ses capacités aux quatre opérateurs déjà cités. Ces derniers ont en outre une option pour devenir copropriétaires de Skartel (à hauteur de 20% chacun) d’ici à 2014. Les 20% d’actions restantes seront conservés par Rostekhnologuii, la holding russe des hautes technologies (qui détient actuellement 25,1% de Skartel). Yota continuera d’offrir ses services Internet jusqu’en 2014. Skartel a été créé en 2007 et son principal actionnaire est l’entrepreneur Sergueï Adoniev, avec 74,9% du capital. Yota compte 700 000 abonnés à Moscou, Saint-Pétersbourg, Oufa, Sotchi et Krasnodar.

 

La construction d’une infrastructure commune permettra d’améliorer le rendement des investissements pour la mise en place des réseaux 4G et de réduire substantiellement les frais de fonctionnement


Les opérateurs pourront utiliser l’infrastructure de Skartel, tandis que cette dernière investira dans la construction du réseau. La concurrence entre les opérateurs passe de la lutte pour la fréquence et l’infrastructure à une entente sur la politique tarifaire, le service et l’innovation, selon le PDG de Skartel, Denis Sverdlov. Ce dernier estime aussi que la construction d’une infrastructure commune permettra d’améliorer le rendement des investissements pour la mise en place des réseaux 4G et de réduire substantiellement les frais de fonctionnement. La construction du réseau fédéral 4G se chiffrera autour d’1,43 milliards d’euros. Un montant comparable aux dépenses de MTS et de Vimpelcom pour la mise en place du réseau 3G. Megafon, en revanche, y avait englouti 4 milliards d’euros. Qui fera le plus d’économies cette fois-ci ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.