Printemps rime avec abstinent

Nourriture du carême. Photo: ITAR-TASS

Nourriture du carême. Photo: ITAR-TASS

Le carême orthodoxe exige une austérité bien plus rigoureuse que celle des chrétiens occidentaux

Le 7 mars marque le début du Grand carême (Великий пост), la période de jeûne la plus importante pour les orthodoxes. Comme dans l'église occidentale, le carême dure bien les six semaines précédant Pâques. Mais à la différence de l'église occidentale, le carême orthodoxe ne saute pas le dimanche et s'étale sur l'ensemble des 48 jours précédant Pâques.

 

Le carême est la meilleure période pour être végétarien en Russie. Presque tous les restaurants ont un menu de carême, et la viande n'est pas le seul ingrédient à disparaître de la table. Les règles du jeûne orthodoxe viennent des règles de jeûne monastiques, et durant le carême, les croyants orthodoxes doivent s'abstenir de manger de la viande et des produits laitiers, et la plupart des jours, de consommer de l'huile d'olive et de l'alcool, qui sont autorisés le dimanche et certains autres jours particuliers. Le poisson est également parfois autorisé.

 

Le carême est une période durant laquelle les croyants se nourrissent de la prière et de la réflexion, plutôt que d'aliments. Un site orthodoxe dit que le carême « est l'occasion de se libérer des désirs immoraux et les envies de notre nature déchue, et de nourrir nos âmes de prière et de repentance ». Réduire le choix dans la nourriture doit offrir aux croyants plus de temps pour se concentrer sur les questions morales. Ironie du sort, essayer de suivre le jeûne orthodoxe a souvent l'effet inverse.

 

Le jeûne n'a pas été inventé en notre époque de nourriture sur-transformée. Les croyants qui ont mis en place le jeûne le concevaient de façon purement spirituelle. Aujourd'hui, il a également des implications laïques. Suivre les prescriptions du jeûne vous oblige à avoir une relation plus étroite avec la nourriture, à retourner à la cuisine. Aux États-Unis au moins, on peut vous servir un repas rapide autorisé dans un fast food. Les restrictions alimentaires du carême font écho aux paroles du journaliste gastronomique Michael Pollan. Manger. Pas trop. Surtout des plantes. Le calendrier orthodoxe et les règles du jeûne forcent les croyants à vivre au rythme des saisons, même dans un monde où l'on trouve de tout, tout au long de l'année.

 

Pour plus d'informations sur le carême orthodoxe, consultez l'article de Wikipédia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.