Entretien : « AvtoVaz doit rester leader en Russie »

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Bruno Ancelin, le directeur général de Renault Russie évoque l’avenir du partenariat

 

Directeur général de Renault Russie depuis octobre 2010, Bruno Ancelin nous livre sa vision de la triple alliance Renault-Nissan-AvtoVaz et affiche des ambitions réalistes.

 

Vladimir Poutine vous a proposé de monter jusqu’à 50% du capital d’AvtoVaz. Où en sont les négociations ? 


Elles se poursuivent. Il y a encore eu une séance la semaine dernière. Nous discutons du planning et du prix. Beaucoup de choses ne sont pas fixées sur les 25% qui nous manquent. Pour l’alliance Renault Nissan, ce qui n’est pas fixé, c’est le pourcentage qui sera acquis par Renault et celui qui reviendra à Nissan. Il est possible que la montée au capital d’AvtoVaz se déroule en plusieurs étapes.


Est-ce que vous pensez un jour passer la barre des 10% du marché russe 


Il faut être réaliste. À trois, nous avons pour objectif de faire 40% dans notre plan pour 2016. L’an dernier, nous avons fait entre 36 et 37%. Dans les 40%, Renault représentera 8% à la fin du plan. AvtoVaz doit incontestablement rester le leader de notre alliance sur le marché russe. Pour atteindre cet objectif, nous devons augmenter nos capacités de production. À terme, il nous faut 1,6 million de véhicules par an pour l’alliance. Nous ne les avons pas. Nous en sommes actuellement entre 1,1 et 1,3 million.


Quels seront les premiers modèles de l’alliance à sortir de l’usine d’AvtoVaz à Toliatti ?


Nous allons démarrer la nouvelle ligne de production sur la plateforme Logan comme prévu en février mars 2012. Les premiers sortiront sous la marque Lada. Il s’agira d’un break et d’un dérivé fourgonnette de ce break. Puis il y aura une première mondiale : un véhicule de Nissan sur plateforme Logan. Enfin, on aura des véhicules de marque Renault, mais pas avant 2013.


Quelles sont les principales difficultés auxquelles vous vous heurtez avec vos partenaires russes ?


Axe très important : l’amélioration des pièces venant des fournisseurs. Nous avons mis en place une équipe mixte Renault/AvtoVaz qui intervient chez les fournisseurs russes pour améliorer la qualité. C’est un effort qui est fait dans l’ensemble de l’usine et pas seulement sur la nouvelle ligne et la plateforme Logan. Nous ciblons tous les fournisseurs qui interviennent chez AvtoVaz. On entend souvent les pires choses sur les fournisseurs russes, mais je peux vous dire que nous sommes très confiants parce que la culture technique chez ces fournisseurs russes est impressionnante.


Quel est le taux de localisation à présent ?


Sur les Logan et Sandero, nous sommes au dessus de 53% hors mécanique. Notre objectif est l’intégration de 75% d’ici 3 à 4 ans.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.