La correspondance diplomatique de Eltsine

Une correspondance en deux tomes du premier président de Russie avec ses homologues étrangers vient de paraître

La « Correspondance du Président de la Fédération de Russie Boris Nikolaïevitch Eltsine avec les chefs d'État et de gouvernements » a été publiée. Jamais un échange de messages au sommet n'avait fait l'objet d'une telle transparence - les deux tomes embrassent le deuxième mandat présidentiel de Boris Eltsine de 1996 à 1999. 

 

Dans son avant-propos, le Président de Russie Dmitri Medvedev met particulièrement l'accent sur le fait que l'émergence de la politique de la nouvelle Russie s'est produite à un moment crucial : « Quand…. il a fallu bâtir l'interaction entre partenaires au sein d'un monde globalisé au développement impétueux ». Dans une telle situation, les ratés et les erreurs fatales n'ont pu être évités par des pays possédant des possibilités autrement supérieures à celles de la Russie des années 1990, qui tentait laborieusement de surmonter les conséquences de l'effondrement de l'État précédent et d'en élaborer un nouveau. 


La Russie contemporaine, née sur les ruines d'un empire déchu, n'a toujours pas décidé comment elle le vivait, si elle doit être fière de ses origines ou en avoir honte. Les étiquettes sans appel apposées sur la politique étrangère de l'époque de Boris Eltsine, dans laquelle certains ne voient que chaos et déclin, d'autres les bourgeons d'une « autre Russie » hypothétique, sont antihistoriques et ne prennent pas en compte les conditions objectives au sein desquelles il fallait manœuvrer. Il est en réalité nécessaire de comparer les  dénouements  aux possibilités réelles dont on disposait à l'époque, et déterminer comment ces dernières ont été utilisées.

 

Les deux tomes ne dévoilent pas l'intégralité de la correspondance. « Sur demande de certains chefs d'État toujours en exercice ou ayant interrompu leurs fonctions actuellement, le recueil a exclu une série de messages d'un intérêt exceptionnel pour l'histoire, ainsi que pour l'étape actuelle des relations bilatérales avec ces pays », écrit dans son mot d'introduction l'adjoint du président de Russie pour les affaires internationales Sergueï Prikhodko. « En outre, nous avons été confrontés à une situation inédite : à plusieurs reprises, nous avons été expressément priés de ne pas publier des messages de Boris Nikolaïevitch lui-même ». Même si ces lacunes sont notables pour ceux qui s'intéressent aux relations internationales et les étudient, le recueil constitue un cadeau d'une grande valeur.

 

Le point de vue le plus répandu veut qu'à cette époque, la Russie occupait en général une position de consensus, qu'elle était menée  par la bride par ses partenaires occidentaux, USA en tête. Cependant, une impression différente émerge à la lecture des documents réunis dans les deux tomes : la Russie s'efforce de mener une ligne politique cohérente et indépendante, même si les circonstances objectives, en changement constant et brutal, obligent à s'adapter à la situation et à mesurer les objectifs à l'aune des possibilités réelles. On y voit un président de Russie n'ayant de cesse de soulever des questions provoquant la préoccupation du Kremlin, et d'écarter le compromis quand il est sûr d'avoir raison.

 

La correspondance d'Eltsine avec ses pairs ne  laisse pas penser que la Russie d'alors était à l'écart du processus mondial et que son opinion n'intéressait personne. Les correspondants du président russe sont parfaitement conscients de sa situation, et cherchent souvent à le manipuler. Ils se rendent toutefois compte que la Russie, qui était loin de connaître sa meilleure époque, restait un  acteur international de premier plan. 

 

Les bases de la politique étrangère de la Russie actuelle ont été posées pendant les années 1990. Et même si l'adhésion aux anciennes organisations n'était que formelle, certaines nouvelles institutions ont laissé au pays le bénéfice du doute, et c'est presque par compassion que le cadre pour l’avenir a été mis en place. Ceux qui ont pris la relève des diplomates et hommes politiques des années 1990 avaient déjà un pilier sur lequel s'appuyer.  

 

Dmitri Medvedev parle du livre « Correspondance du Président de la Fédération de Russie Boris Nikolaïevitch Eltsine avec les chefs d'État et de gouvernements »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.