Loukachenko s’offre du nucléaire russe

Alexandre Loukachenko. Crédits photo : RG

Alexandre Loukachenko. Crédits photo : RG

RosAtom va démarrer en septembre la construction de la 1ère centrale nucléaire biélorusse, qui sera opérationnelle à partir de 2017

Après la réélection controversée du président biélorusse Alexandre Loukachenko, qui a totalement coupé les ponts avec l’Occident, Minsk et Moscou se sont empressés d’enterrer la hache de guerre. Non seulement le gaz et le pétrole russe vont à nouveau couler vers le petit voisin occidental (pour y être réexportés), mais désormais, c’est un tout autre type d’énergie dont le Belarus va se trouver équipé grâce aux technologies russes. Sergueï Kirienko, le patron de la corporation d’Etat russe RosAtom, s’est félicité mardi à Minsk d’avoir réussit à vendre une centrale pour « entre 6 et 7 milliards de dollars ». Au sortir d’une réunion avec le nouveau premier ministre biélorusse Mikhaïl Miasnikovitch, Sergueï Kirienko a annoncé « nous espérons que le contrat principal sera signé en septembre et que les travaux de gros œuvre démarreront le même mois ». C’est le signe que malgré tous les sourires échangés par les frères slaves, les négociations continuent de plus belles. Le patron de RosAtom a même admit que le Minsk bénéficierait de rabais exceptionnels en sa qualité d’allié fidèle (d’autant plus qu’il est totalement isolé politiquement). « Nulle part au monde nous ne construisons des centrales de cette manière » a souligné Kirienko, précisant que les tarifs pour la construction seront « au tarif domestique biélorusse ». Des sources biélorusses parlent plutôt d’un coût total de 9 milliards de dollars.

La 1ère centrale nucléaire biélorusse sera construite dans la province de Grodno, à l’Ouest du pays, signe aussi qu’une partie de la production électrique sera destinée à l’exportation vers les pays limitrophes : soit la Pologne et la Lituanie, avec qui les relations diplomatiques sont soit dit en passant exécrables à l’heure actuelle. Plus tôt cette semaine, le premier ministre russe Vladimir Poutine avait indiqué que cette centrale nucléaire de technologie russe fournira « au moins 27% » de l’électricité consommée par le Belarus. La centrale aura une puissance installée totale de 2,4 Gigawatts en deux tranches égales. Petit problème : le Belarus a pratiquement autant souffert que l’Ukraine du désastre de Tchernobyl, et une grande partie de la population voit d’un mauvais œil l’entrée du pays dans le club nucléaire.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.