L'ivresse d'être étudiant au « Jour de Tatiana »

Crédits photo : RIA-Novosti

Crédits photo : RIA-Novosti

Le 25 janvier est la journée officielle des étudiants, et l'on commémore joyeusement la mort de Sainte Tatiana de Rome, martyre chrétienne du IIIème siècle

« Cette année, ils ont bu tout ce qu'ils ont trouvé, sauf l'eau de la Moskova, et encore, seulement parce qu'elle était gelée! » - commentait Anton Tchekhov sur le Jour de Tatiana.

Quel changement d'ambiance par rapport à l'origine terrible de cette fête ! Sainte Tatiana était une jeune femme pieuse, élevée dans la foi chrétienne par son père et qui devint diacre d’une secte tout juste formée à Rome et encore cachée des autorités. Elle fut capturée et contrainte de renoncer publiquement au christianisme en faisant un sacrifice au dieu romain Apollon. La légende dit que Tatiana a prié pour sa délivrance et qu'un tremblement de terre a ébranlé le sol, renversant et brisant la statue d'Apollon.

Les Romains ont alors arraché les yeux de Tatiana au crochet et l'ont jetée dans la fosse d’un lion affamé. Le lion s'est alors blotti à ses pieds et a ronronné paisiblement. Ignorant ces signes pourtant évidents indiquant qu’ils se fourvoyaient, les Romains l’ont décapitée.

Tatiana et le jour de son calvaire auraient pu rester dans l’ombre du calendrier religieux comme pour les autres saints, mais l’Histoire est passée par là.

Le 25 (ou 12) janvier 1755, l'impératrice Elisabeth fonda la première université de Russie, l'Université de Moscou, soulignant que « le bien sort d'un esprit éclairé et le mal est ainsi éradiqué ». Le mérite de la création de l'université est revenu à Mikhaïl Lomonossov, éminent académicien et professeur de chimie, et au courtisan I.I. Chouvalov, fort de ses bonnes relations, qui fut le premier curateur de l'université. L'université compte de prestigieuses personnalités parmi ses diplômés, comme les écrivains  Anton Tchekhov et Ivan Tourgueniev, le Prix Nobel et politicien Mikhaïl Gorbatchev, et l'artiste Vassili Kandinsky.

Les premières années, l'université proposait un cours général de philosophie et d'arts libéraux à partir duquel les étudiants se spécialisaient ensuite dans l’un des trois domaines d’études, le droit, la médecine ou la philosophie. L'université a très longtemps été située de l'autre côté de la Place rouge, dans les bâtiments jaunes et blancs, classiques, de la rue Mokhovaïa, qui accueillent aujourd'hui la faculté de journalisme, d'études africaines et asiatiques et de droit. C’est en 1949 qu’a débuté sur le Mont des Moineaux (Mont Lénine) la construction monumentale de l’Université actuelle, la plus grande des « sept sœurs » ou des « pièces montées de Staline », comme l’on appelle les gratte-ciels qui dessinent la ligne d’horizon de la capitale. Jusqu'en 1990, c'était le plus haut bâtiment d'Europe, et jusqu'en 2005, le plus haut de Moscou. En 1953, l'université a fait sa première rentrée académique.

Aujourd'hui, l'Université de Moscou, ou MGU, est la plus grande de Russie, avec plus de 40.000 étudiants, répartis dans 39 départements, sous la tutelle de plus de 10.000 professeurs. Les frais d'admission débutent à 5.900 euros par an, ce qui doit être l'affaire du siècle dans le monde de l'éducation.

Sainte Tatiana est toujours associée aux étudiants aujourd’hui, et d'un bout à l'autre de la Russie, le 25 janvier ou Jour de Tatiana est considéré comme celui des étudiants, qui marque la fin des  examens et le début des vacances d'hiver.

Une messe a lieu dans la Chapelle de Sainte Tatiana, suivie de discours, remises de prix et pour finir, de fêtes débridées dans les rues de la ville, qui commencent avec le traditionnel hydromel avant que les étudiants ne vident tout ce qui leur tombe sous la main.

Alors, si vous avez des étudiants ou des Tatiana dans votre entourage, félicitez-les bien chaleureusement aujourd'hui... et gardez quelques Efferalgan à portée de main pour demain matin.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.