Une BD britannique avec des héros russes

Extrait de la BD « Le jour de Iouri : la route des étoiles » www.yuri-gagarin.com

Extrait de la BD « Le jour de Iouri : la route des étoiles » www.yuri-gagarin.com

Le premier cosmonaute russe Iouri Gagarine et le père du programme spatial soviétique Sergueï Korolev sont les personnages principaux d’une bande dessinée publiée en Grande-Bretagne à l’occasion des 50 ans du premier voyage d’un homme dans l’espace

 Le premier cosmonaute russe Iouri Gagarine et le père du programme spatial soviétique Sergueï Korolev sont les personnages principaux d’une bande dessinée publiée en Grande-Bretagne à l’occasion des 50 ans du premier voyage d’un homme dans l’espace, lit-on dans un communiqué de presse de l’éditeur Spaced Design.

Andrew King, Piers Bizony et Peter Hodkinson, les auteurs de ce « roman graphique », intitulé « Le jour de Iouri : la route des étoiles » (Yuri`s day: The road to the stars), souhaitaient dévoiler la complexité de la réalité soviétique « dans toute sa grandeur, à la fois folle et cruelle ».

 « Iouri Alexeïevitch Gagarine, premier homme à avoir effectué un vol dans l’espace, est connu de la plupart d’entre nous comme un personnage indéterminé portant un casque métallique. Nous, qui vivons hors des frontières de la Russie, ignorons souvent ce qui suivit ce vol historique . « Le jour de Iouri » montre un Gagarine peu à peu déçu par le système soviétique qui l’a créé », racontent les auteurs.

La bande dessinée commence à la fin des années 1930, quand Korolev est envoyé en camp pour sabotage. Outre le célèbre constructeur et Gagarine lui-même, d’autres cosmonautes figurent parmi les héros de la bande dessinée : Alexeï Leonov, meilleur ami du premier cosmonaute, Guerman Titov, qui jouele rôle d’un « Salieri » aux côtés de « Mozart » (Gagarine), et enfin Nikolaï Kamanine, directeur du programme de préparation des cosmonautes et stalinien chevronné.

La bande dessinée de 64 pages peut s’acheter sur Internet. Par la suite, les auteurs comptent la faire traduire dans différentes langues européennes, notamment le russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.