Par crainte d'affrontements, la police interpelle massivement

Crédits photo : Ilya Varlamov

Crédits photo : Ilya Varlamov

Des milliers de CRS ont patrouillé dans le centre de Moscou mercredi dernier. 800 personnes au moins ont été arrêtées. Les policiers ont procédé à des perquisitions et ont fermé le centre commercial Yevropeisky en bloquant l’accès à la station de métro la plus proche de Kievskaya afin d’éviter tout débordement aux alentours

 La 5 décembre dernier, après le meurtre d’un Russe de souche lors d’une bagarre avec des Caucasiens, la police a craint que des milliers de jeunes s’enflamment, notamment en raison d’appels lancés le week-end dernier sur le web appelant à la révolte des Russes contre les Caucasiens et les invitant à se réunir pour un affrontement violent en face du centre commercial Yevropeisky à 18h00, heure locale.

Dans la soirée de mercredi dernier, des centaines de jeunes gens, Caucasiens et Russes de souche, se sont effectivement rassemblés aux alentours du centre commercial. Beaucoup d’entre eux ont chanté des slogans comme « La Russie pour les Russes » ou « Moscou pour les moscovites ». La police a interpellé tous ceux qui pouvaient être considérés comme une menace potentielle en les conduisant vers les fourgons de police. « La situation à Moscou est sous contrôle des forces de sécurité. Les résidents n’ont aucune raison de se sentir menacés » a déclaré le porte-parole de la police, Viktor Biryukov, selon l’agence Interfax.

La situation est néanmoins restée tendue mercredi, avec beaucoup de jeunes gens bagarreurs. Un reporteur du Moscow Times a entendu quatre adolescents de 14 à 15 ans qui se préparaient à attaquer des gens issus du Caucase en buvant des cocktails alcoolisés près de la station de métro Novye Cheryomushki. « Maintenant, nous allons trouver des [injure raciale] à battre », a dit un d’eux. « Le plus important, c’est qu’il n’y ait pas de flic à côté ».

Peu avant 18h00, à Smolenskaya Naberezhnaya près du centre commercial Yevropeisky, une bagarre a éclaté entre des ultranationalistes et des jeunes d’origine caucasienne. Certains étaient munis des battes de baseball ou de barres de fer. Selon l’agence Interfax, au moins cinq personnes ont été blessées.

Des CRS patrouillaient également dans le Square Manezhnaya où, samedi dernier, un rassemblement de 5.500 supporters de football et nationalistes exprimant leur colère à la suite du décès d’un supporter, Egor Sviridov (28 ans), a tourné à l’émeute quand les participants ont attaqué un groupe de passants originaires du Caucase.     

Sergueï Sobianine, le maire de Moscou, a promis mardi de poursuivre fermement tous ceux qui provoqueraient des violences similaires à celles de samedi dernier. Le président, Dmitri Medvedev, a donné ordre aux forces de police de punir les responsables et a assuré la population, via Twitter, que les autorités gardaient le contrôle de la situation.

Pourtant, quelques heures après les émeutes de samedi dernier, un message incitant à la vengeance et attribué à un bloggeur caucasien est apparu sur Internet.

“Si cela vous est possible, je vous demande de vous armer, de ne pas avoir peur et de ne pas vous cacher à la maison, » disait le message du bloggeur, « nous déciderons sur place des mesures à prendre ».

Selon les blogueurs, cet appel est initialement apparu sur le réseau social VKontakte.ru (mais il a été supprimé avant samedi dernier) puis a été reposté plus de 3.300 fois sur LiveJournal avant mercredi dernier.

La police a présenté le message comme une provocation de la part d’ultranationalistes, mais beaucoup de jeunes auraient entendu l’appel.

Selon Biryukov, le porte-parole de la police, les forces de la police ont arrêté mercredi au moins 800 personnes dont 400 près du centre commercial Yevropeisky. Beaucoup des individus interpellés étaient semble-t-il d’origine caucasienne et nombre d’entre eux auraient été trouvés porteur de armes, notamment d’armes à air comprimé. Selon d’autres sources, près de 1.200 personnes auraient en fait été interpellées.

L’association russe des supporters de football s’est également adressée aux amateurs de football  pour les appeler à  ne pas participer aux rassemblements de mercredi. « Parce que cela pourrait avoir un effet négatif sur la communauté des supporters », a ainsi déclaré le leader de l’association, Alexander Shprygin, à l’agence Interfax.

Selon l’agence RIA-Novosti citant un haut responsable de sécurité anonyme, les services de sécurité étaient pendant ce temps-là en train de rechercher sur Internet tout propos à caractère extrémiste et essayaient de déterminer les adresses IP de tous ceux qui avaient posté des messages dans ce genre.


Dates clés :


Samedi 11 décembre, en hommage à Egor Sviridov, tué le 6 décembre au cours d'une bagarre entre supporters et ressortissants du Caucase, plusieurs milliers de supporteurs du Spartak de Moscou se sont rassemblés sur la place du Manège non loin du Kremlin. La manifestation a rapidement dégénéré en désordres.

Jeudi 15 décembre, des affrontements ont eu lieu dans la capitale russe entre supporters russes et ressortissants de Caucase dans la capitale russe et on a dénombré près de 30 blessés de chaque côté. Près de 1.200 personnes, dont plusieurs munies d’armes à air comprimé et d'armes blanches, ont été interpellées par la police.


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.