Pour les yeux d’Elsa, en vers... et contre tout (+Multimédia)

À partir des mémoires d’Elsa Triolet et de Lili Brik, Bruno Niver retrace les univers poétiques parallèles du Paris et du Moscou des années 20.

Le spectacle dévoile Maïakovski et Aragon sous un nouveau visage. Crédits photo : Guillaume Belvèze

 

Dans les yeux d’Elsa, brillent Aragon et Maïakovski. Un « triolet », aimait à répéter Maïakovski, lié par l’histoire et la poésie. Mis en scène, créé et interprété par Bruno Niver, le spectacle musical Ils se sont rencontrés à Paris est une ode candide au poète. Bruno Niver fait revivre sur scène la rencontre entre Vladimir Maïakovski et Lili Brik d’une part, celle de Louis Aragon et d’Elsa Triolet de l’autre, aux couleurs de la poésie et aux sons des chansons françaises et romances russes.

De Moscou à Paris, sur les pas d’Elsa, l’actrice et narratrice Marina Kapralova lance au public une invitation au voyage. Au menu, ambiance cabaret et nostalgie de la Belle époque. Au détour du café Certa, dans le passage de l’Opéra aujourd’hui disparu, c’est aussi la rencontre furtive de quelques autres poètes des « années folles », André Breton, Tristan Tzara, Paul Eluard. Un croisement scénique du surréalisme et du futurisme à travers le prisme de quelques pas de danse, de costumes « calligrammés », et de la parole. Un chanteur-poète, une comédienne, une danseuse et deux musiciens qui déambulent dans un espace réduit, une mise en scène minimaliste qui donne tout son sens aux vers. Alternant chansons de Léo Ferré et de Jean Ferrat, et récital de poèmes, le spectacle dévoile Maïakovski et Aragon sous un nouveau visage. Bruno Niver scande la révolte des poètes maudits, mais aussi le lyrisme et l’exaltation amoureuse, récitant les poèmes dédiés aux sœurs et muses, Lili et Elsa.

Ce spectacle en français et en russe surtitré est à voir au théâtre du Marais jusqu’au 18 décembre, les jeudis, vendredis et samedis.



Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.