Bienvenue au Planétarium de Moscou ! (+Diaporama)

Crédits photo : Itar-Tass/Photoxpress/RG/Legion-Media

Ce bâtiment, situé en plein centre de la capitale russe, possède un destin mouvementé et dramatique. Pendant de longues années, le Planétarium constitua l’une des principales curiosités de la capitale russe.

A l'époque soviétique, le fameux centre astronomique attirait chaque année des dizaines de milliers de personnes, des cosmonautes soviétiques aux touristes en visite, en passant par les scientifiques, les étudiants et les écoliers.

Dans les années 1990, après la chute de l'URSS, le Planétarium se trouva plongé dans un imbroglio de procès et de disputes économiques.

Le Planétarium a ouvert ses portes le 5 novembre 1929. Le bâtiment, d’une architecture avant-gardiste, a été conçu par les architectes Mikhaïl Barch et Mikhaïl Siniavski.

La salle principale possédait une coupole de 17 mètres de diamètre et un système de projection qui permettait de montrer le mouvement de 5.400 étoiles et planètes dans un ciel artificiel. Au moment de son ouverture, le Planétarium de Moscou était considéré comme l’un des meilleurs et des plus grands au monde.

Le montant total des dépenses de restauration du Planétarium dépassera 100 millions de dollars

Des dizaines de scientifiques soviétiques de renom ont commencé leur carrière sous la coupole du Planétarium de Moscou. Pendant la Seconde Guerre mondiale, on y donnait des cours spéciaux d’« Astronomie pour éclaireurs », destinés à apprendre aux jeunes militaires à s’orienter en terrain inconnu à l’aide des astres ; des connaissances qui sauvèrent de nombreuses vies sur le front.

Dans les années 1960, les premiers cosmonautes de l’URSS assistèrent eux aussi à des cours d’astronomie dispensés entre les murs du Planétarium de Moscou. Dans les années 1980, on y lança le « Théâtre fantastique », où des spectacles adaptés d’œuvres de célèbres écrivains de science-fiction étaient représentés.


Après l’effondrement de l’URSS en 1991, de nombreuses institutions d’Etat furent privatisées. Le Planétarium de Moscou n’échappa pas à la vague de privatisation et fut acheté par l’entrepreneur russe Igor Mikitassov.

Le nouveau propriétaire du Planétarium tenta de le transformer en un grand centre de divertissement et en 1994 le bâtiment fut fermé pour reconstruction. Mais l’entrepreneur ne réussit pas à réunir les fonds nécessaires pour réaliser son ambitieux projet et à la fin des années 1990, le bloc de contrôle de l’actionnaire du Planétarium passa au Gouvernement de Moscou.

La reconstruction du complexe reprit en 2002 mais le chantier fut à plusieurs reprises interrompu par manque d’argent et en raison de conflits entre l’administration de la capitale et les actionnaires privés qui possédaient encore 39% du Planétarium.

En 2008, les autorités moscovites interrompirent la reconstruction après avoir découvert que le Planétarium accumulait une dette de 9 millions de roubles (environ 300.000 dollars) envers le maître d’œuvre. L’organisme fut alors décrété en faillite et Mikitassov fut déchu de son poste de directeur.

L’entrepreneur affirma que le complexe lui avait été arraché de force et que les autorités moscovites avaient prémédité une campagne contre lui pour pouvoir déclarer la banqueroute.

Dans les années 1960, les premiers cosmonautes de l’URSS assistèrent eux aussi à des cours d’astronomie dispensés entre les murs du Planétarium de Moscou

L’année dernière, 100% des actions du Planétarium de Moscou ont été transférées aux autorités de la ville. Peu après, Iouri Loujkov, alors maire de Moscou, a promis de rouvrir le complexe fin 2010. Il a ainsi mis fin à une longue série de procès, de scandales et de disputes autour de cette institution.

Les auteurs de la reconstruction se sont efforcés de conserver l’aspect historique du Planétarium, tout en multipliant par cinq sa surface, de 3.000 à 15.000 mètres carrés. Le territoire du Planétarium accueillera un musée présentant de vastes collections de météorites et d’instruments astronomiques.

Dans la salle principale, on est en train d’installer un système de projection plus moderne, afin de montrer sur la coupole le mouvement des étoiles filantes, des météorites et la rotation des planètes.

Dans le nouveau bâtiment, on trouvera également des salles de concert, des magasins de souvenirs, des attractions spatiales pour enfants et un restaurant. Afin d’acquérir un équipement dernier cri, les autorités moscovites ont investi environ 15 millions de dollars puisés dans le budget de la capitale. Par ailleurs, le montant total des dépenses de restauration du Planétarium dépassera 3.000 millions de roubles (environ 100 millions de dollars).

Il est encore trop tôt pour affirmer que la restauration du Planétarium de Moscou sera en mesure de lui rendre le prestige et la popularité qu'il possédait au temps du régime soviétique. Mais compte tenu du rapide développement des technologies spatiales et de l’intérêt toujours vif du public pour l'astronomie à travers le monde, on peut s'attendre à ce que le légendaire bâtiment redevienne l’une des principales curiosités de Moscou, et l'un des plus importants centres astronomiques de Russie. Quoi qu'il en soit, le Planétarium donnera à des milliers de personnes la possibilité unique de prendre le « pouls de l'univers » et de contempler l'énigmatique vide sidéral.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.