La Carélie reviendra enchanter vos rêves (+Mutimédia)

Les miracles de bois de Kizhi. Crédits photo : Vsevolod Poulia

Les miracles de bois de Kizhi. Crédits photo : Vsevolod Poulia

La Carélie était l'une des destinations favorites des touristes soviétiques. C'est l'endroit rêvé pour « partir en voyage » au sens où on l’entend en Russie, c'est-à-dire avec tentes et boîtes de conserves, sans oublier le rituel sacré cher au cœur du touriste russe : la guitare autour du feu.

L’image de la Carélie a été retouchée par les agences de tourisme locales, qui présentent la région comme une destination exotique, voire extrême. Mais la Carélie est loin d'être dangereuse. La pire des choses qui pourrait vous arriver serait de tomber de votre radeau pendant une balade en rivière.

Ceux qui préfèrent le tourisme urbain aux joies de la nature trouveront également leur bonheur en Carélie. On y trouve de nombreux monastères et églises russes, y compris la célèbre église en bois de l'île de Kizhi, qui aurait été construite à la hache par un seul homme, sans utiliser aucun clou. La légende dit qu'une fois son travail achevé, l'architecte aurait jeté sa hache dans le lac l'entourant, afin qu'aucune autre église de cette beauté ne puisse plus jamais être construite. Les guides vous expliqueront qu'en fait, des clous retiennent les panneaux décoratifs sur le toit, mais cela ne justifie en rien de passer à côté de ce magnifique bâtiment.

La région vaut le détour été comme hiver. A la saison froide, on s'assied sur un traîneau derrière un attelage de chiens et l’on court du bania jusqu'à un trou percé dans la glace d'un lac. Les randonneurs estivaux pourront se rendre aux chutes d'eau de Kivatch et sur le plateau du Démon de la chair. Et on peut y boire toute l'année l’eau des sources de Marcial, connue pour ses bienfaits sur l'organisme. Je vous conseille également d'essayer le poisson local. Proches des Finlandais, les Caréliens ont appris à le cuisiner de la meilleure façon, et ont peut-être même battu leurs voisins sur ce terrain.

Crédits photo : Vsevolod Poulia



Après quelques jours dans cette région incroyable, vous verrez que la Carélie viendra enchanter vos rêves, comme le dit une chanson populaire russe (écouter ci-dessous).



Se rendre en Carélie

Le meilleur moyen pour explorer la Carélie consiste à partir de la capitale de la région, Petrozavodsk. Vous pouvez prendre un train de nuit depuis Moscou ou Saint-Pétersbourg pour vous y rendre, ou bien emprunter l’avion depuis Moscou, pour un trajet de deux heures.

Où dormir?

Le Severnaïa : Situé au cœur de Petrozavodsk, l’hôtel Severnaïa est empreint d'une atmosphère soviétique nostalgique. Le prix des chambres s’échelonne de 26 à 250 dollars pour une nuit.

Le Karelia : Ce nouveau gratte-ciel est situé sur les rives du lac Onega. Les chambres les moins chères sont à 135 dollars la nuit, 200 dollars pour les plus onéreuses.

Les deux hôtels affichent trois étoiles.

Il existe beaucoup d'agences de tourisme dans les environs, si vous souhaitez organiser une sortie d'une journée.

Que faire?


L'office de tourisme de Carélie
vous donnera des idées d'activités dans la région et vous fournira également une liste des agences de tourisme locales.

L'agence de voyage Russian Karelia Trails (www.travel-to-russian-karelia.com) peut également vous organiser des excursions dans la région.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.