Iaroslavl fête son millénaire (+Diaporama)

Iaroslavl, une ville historique qui offre une richesse architecturaleà faire pâlir d’envie Moscou, sa cadette devenue capitale. Crédits photo : Photoxpress

Iaroslavl, une ville historique qui offre une richesse architecturaleà faire pâlir d’envie Moscou, sa cadette devenue capitale. Crédits photo : Photoxpress

Ville de passage développée par les marchands au XVIIème siècle, puis par l’industrie lourde au XXème, Iaroslavl est devenue la plus importante des anciennes cités princières qui forment aujourd’hui « l’Anneau d’or ». Édifiée en 1010, Iaroslavl s’était activement préparée à célébrer, en septembre dernier, son millénaire. Pelouses artificielles, pétunias et autres plantations avaient embelli et embaumé les rues de la ville. Vitres, façades et bâtiments avaient été soigneusement remis à neuf.

Véritable joyau du début du XVIème siècle, la cathédrale de la Transfiguration a été fraîchement repeinte de blanc et d’or. Un spectacle somptueux y attend les visiteurs tant les murs de l’enceinte fortifiée regorgent de représentations diverses, d’icônes dorées à la feuille, de céramiques vernissées. Le site offre aussi l’occasion unique d’admirer, depuis le clocher de la cathédrale, la vue sur la ville et ses deux fleuves.

Située à la jonction de la Volga et de la Kotorosl, l’ancienne ville fortifiée a soudain pris des airs de « Parc du millénaire », agrémentée de décorations florales et d’un parterre fleuri en forme d’ours, devenu le symbole de 
la ville.

On célèbre aussi une vie culturelle florissante. Sur la rive de la Volga, le Musée de l’histoire accueille une nouvelle exposition retraçant mille ans d’histoire au travers des Archives nationales, tandis que le Musée d’art célèbre « L’Âge d’or » de la ville. À cet effet, la collection privée « Musique et temps » de John Mostoslavsky a apporté une note de singularité à cette exposition en faisant partager sa passion pour les objets d’art et les antiquités : cloches de troïka ancestrales, boîtes à musique, horloges et phonographes, où tic-tacs et autres carillons font résonner un passé fastueux.

Non loin de là, en longeant le fleuve, rivalisent quelques-unes des plus belles églises de la ville. Saint-Nicolas, avec ses fresques bleues et or, ou encore l’église Saint-Elie, aux peintures murales et aux carreaux de faïence multicolores, rendent compte de l’héritage précieux et authentique de l’architecture russe. Une ville que son maire décrit comme à la fois « ancienne et éternellement jeune ».

À l’endroit même où Iaroslav le Sage fonda jadis la cité princière, se dresse la nouvelle cathédrale de l’Assomption. Reconstruction magnifiée d’une ancienne église, cet édifice compte parmi les nombreux sites qui ont permis à la vieille ville d’entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005. Outre la nouvelle cathédrale, de nombreux projets d’envergure ont été lancés à l’occasion du millénaire : centres culturels, zoos, terrains de golf, hôtels.

Iaroslavl s’est toujours positionnée comme un centre du savoir et de la culture. Ainsi, le monastère de la Transfiguration accueillait autrefois le premier séminaire du nord-ouest de la Russie. C’est également dans sa bibliothèque que fut découvert l’unique manuscrit Dit de la Campagne d’Igor, le plus ancien récit de la Russie kiévienne. Fondé par l’acteur Fedor Volkov, le premier théâtre public de Russie ouvrit ses portes en 1750.

Sur la vidéo de promotion, Iaroslavl est présentée comme une ville-star, le « cœur de la Russie … Là où l’histoire s’est écrite ». Le millénaire est donc aussi une formidable chance de « faire fructifier les investissements ». En ces temps de crise, que les efforts aboutissent ou non, Iaroslavl restera de toute façon un lieu touristique. C’est une hôtelière, Paulina Chernobaeva, qui l’affirme : « lorsque vous marchez dans les rues de cette ville, vous sentez l’histoire, vous la vivez».

Jumelage avec Poitiers

Les deux villes sont liées depuis 30 ans. Une Maison de l’amitié « Iaroslavl-Poitiers » propose des cours de français. Y sont aussi organisées des expositions et des tables rondes avec des invités poitevins dans le cadre d’une coopération constante. Plusieurs écoles entretiennent des liens d’amitié avec celles de Poitiers, offrant des échanges d’enseignants-linguistes. À Poitiers, le russe est enseigné dans certains établissements.

Crédits photo : Kirill Lagoutko/ITAR-TASS; Russian Look; Legion Photo



Se rendre à Iaroslavl

En train depuis Moscou, compter environ 4 heures. Le billet coûte 600 roubles (15 euros). Sur place, la ville dispose d’excellents transports urbains. Possibilité de s’y rendre en bateau pendant la saison estivale.

Se loger

L’hôtel 4 étoiles Ring Premier Hotel se situe entre la gare principale et le centre-ville. Il propose des chambres standard à 100 euros la nuit. Pour le même prix, l’hôtel Volga Pearl, situé directement sur la Volga, offre des chambres plus exotiques.

Se restaurer

Iaroslavl possède un large choix de restaurants de qualité inégale. Le Vanilla Sky propose une cuisine savoureuse à des prix abordables. Au menu, le sandre grillé aux champignons sauvages pour 10 euros. Plus simple, le Tai Tai café propose un déjeuner d’affaires à 2,50 euros.




Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.