Les géographes du monde sur la forêt et la Russie (+Vidéo)

Crédits photo : Vsevolod Pulya

Crédits photo : Vsevolod Pulya

Pendant trois jours, des milliers de Vosgiens et de géographes du monde ont pu compléter et équilibrer leur point de vue sur la Russie et rappeler qu'elle abritait la plus grande forêt du monde, primordiale pour l'avenir de la planète, en participant à la fête annuelle de la géographie, qui s'est tenue du 7 au 10 octobre à Saint Dié des Vosges. C'est là qu'en 1507 l'Amérique a été ainsi nommée, après sa redécouverte par Christophe Colomb quinze ans plus tôt.

Chaque année, le festival international de Géographie (FIG) qui se tient depuis 21 ans, est consacré à un thème scientifique et à un pays invité. Cette année, les deux ont tragiquement coïncidé en raison de l'actualité : les forêts et la Russie.

La convergence des sujets dans l'actualité a été illustrée par une conférence du vice-ministre des situations d'urgence, Alexandre Tchoupriyan, qui a présenté un bilan des incendies de cet été et raconté les principaux épisodes de lutte contre le feu, qui a attaqué en trois vagues les régions occidentales de la Russie entre juillet et septembre. M. Tchoupriyan est lui même un pompier et était sur le terrain. Comme c'est un ministre technique il avait peu de commentaires à faire sur les aspects politiques et économiques de la situation, notamment des conséquences de la réforme forestière et foncière intervenue depuis quelques années en Russie, en régionalisant la responsabilité de l'entretien et du maintien des forêts. Il a en revanche, annoncé l'étude actuelle par la Douma d'État (Chambre Basse) de la réorganisation des structures de lutte contre l'incendie en Russie et la refonte du statut de pompier volontaire.

Le commandant des pompiers de la région de St Dié des Vosges, le département le plus boisé de France avec le Var, a parlé de l'organisation des pompiers volontaires et bénévoles en France. Balle saisie au bond par l'ambassadeur Alexandre Orlov, très présent tout au long du Festival, pour demander de lui transmettre des éléments sur le sujet pouvant intéresser la Douma...

Les interventions scientifiques sur la forêt ont approché la question de tous les cotés : de l'exploitation forestière à la mythologie, en passant par l'influence sur le réchauffement climatique. Dans l'ensemble, il ressort qu'une rationalisation et une certaine retenue seraient nécessaire pour exploiter la forêt dans le monde. Des exemples d'exploitation plus raisonnée et rentable ont été donnés dans des conférences et différentes interventions qui se déroulaient dans toute la ville, en des lieux parfois inattendus.

C'est à la cathédrale, devant une nef comble, que l'académicienne Héléne Carrère d'Encausse a tenu une conférence sur la situation de la Russie d'aujourd'hui à la lumière de son passé récent depuis la Perestroïka et de son histoire plus ancienne. Elle a dénoncé quelques uns des préjugés les plus répandus en France aujourd'hui, notamment sur des ambitions « impériales » supposées de la Russie (cf vidéo) ou un « «retour » au stalinisme en raison de la pseudo-dictature de Vladimir Poutine, présenté souvent comme un épouvantail. Elle a rappelé que la Russie avait elle même mis un terme à son empire, permis la réunification allemande et démocratisé sa société, et ceci presque sans effusion de sang. Les choses ne peuvent se faire intégralement en 20 ans seulement, a-t-elle dit estimant que la Russie était aujourd'hui « une démocratie en construction » soucieuse de son propre développement et non de conquêtes. Elle a souligné qu'une certaine déception par rapport aux Américains et aux Européens, au monde desquels la Russie appartient historiquement et culturellement mais qui n'ont pas vraiment répondu à ses avances et à ses énormes concessions du début des années 90, pouvait expliquer les orientations asiatiques actuelles de la politique russe. Sans diminuer bien sûr la prise de conscience des dirigeants russes de la dynamique actuelle du monde dont le centre de gravité bascule vers l'Asie, où la Russie est territorialement un acteur majeur.


Vidéo par Dimitri de Kochko

Une manifestation comme le FIG, où bien sûr la question démographique n'a pas été oubliée, contribue à faire prendre conscience aux Européens de l'ouest de la dimension réelle de leur continent avec la Russie, ainsi que des problèmes mais aussi des chances que cela leur offre de garder une place dans le monde de demain.

L'an prochain, le FIG sera consacré à l'Afrique dans sa diversité et les invités seront cette fois non des pays mais les DOM-TOM français de l'Océan Indien.