Lieux de Génies, Génie des lieux... (+Diaporama)

Rouen, ville natale de Gustave Flaubert.Crédits photo : Ivan Boiko

Rouen, ville natale de Gustave Flaubert.Crédits photo : Ivan Boiko

L'exposition « Lieu du Génie » qui a ouvert ses portes le 9 juin au Musée Alexandre Pouchkine, à Moscou dans le cadre de l'Année croisée France-Russie présente les maisons de célèbres écrivains russes et français : Alexandre Pouchkine, Mikhaïl Lermontov, Ivan Tourguéniev, Léon Tolstoï, Mikhaïl Cholokhov, George Sand, Gustave Flaubert, Jules Verne, Arthur Rimbaud, Louis Aragon et Elsa Triolet.

Il s'agit d'une approche artistique de l'esprit des lieux où les écrivains ont passé une part importante de leur vie, d'une étude de leur double nature. Pour un écrivain, la maison, la ville, la résidence de campagne c'est son environnement, son havre de paix, sa source d'inspiration, qui se reflète dans son oeuvre. Et en même temps, ces maisons et ces résidences ont été les témoins de la vie de ces génies. Gardiennes de leur souvenir, elles portent la « mémoire des lieux ».

« Chaque génie a son Lieu dans le monde. Mais son monde personnel ne se confond pas avec d'autres. Il ne fait qu'être en contact, s'entrecroiser, échanger avec eux, en menant un dialogue imperceptible et incessant depuis le lointain, depuis les profondeurs de son époque. Les maisons des écrivains sont les murs symboliques de leurs mondes infinis, qui conservent à jamais leur esprit ; elles gardent leurs objets et bibelots préférés, leurs crayons et plumes, leurs photographies et livres, leurs habitudes et passions... Et toujours, elles lèvent légèrement le voile de leur secret. Mais juste un tout petit peu, car le mystère du génie n'est pas à la portée des mortels », dit Vladimir Tolstoï, l'arrière-arrière petit-fils de l'écrivain illustre, qui est aussi le directeur du musée-domaine de Léon Tolstoï « Iasnaïa Poliana ».

L'exposition « Lieu du génie » tente de recréer l'ambiance des « lieux de force » où, jadis, les écrivains se donnaient à la création. L’exposition est organisée en grands panneaux de photographies couleurs et de dessins en noir et blanc. On a consacré une salle à chaque écrivain. Elle s’ouvre sur une carte de l’Europe comme maison littéraire commune ; elle se termine par Paris, lieu de rencontre symbolique des génies. Les monotypes de l'artiste allemande Jakob Knapp, les photographies d’Ivan Boïko réalisées grâce à une chambre noire, les compositions musicales, les citations des écrivains, les murs du vieux domaine intentionnellement laissés nus, créent un espace métaphorique : un lieu de rencontre des écrivains, des époques, des langues, des états d’âme, des sujets. L'exposition est ouverte jusqu'au 15 septembre.

Cliquez sur l’image pour arrêter ou continuer le diaporama


Photos du site www.pushkinmuseum.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.