Révolte populaire contre les gyrophares (+Diaporama)

Dessin par Niyaz Karim

Dessin par Niyaz Karim

Elles vous doublent allègrement en empruntant la voie opposée, ou grillent les feux rouges, vous obligeant à écraser violemment la pédale du frein pour éviter une collision. Mais il y a du changement dans l’air. La patience d es Moscovites, qu’on pensait infinie, semble avoir des limites... Voilà que les conducteurs lambda s’enflamment pour la bizarre mode des seaux en plastique bleus. Ils les scotchent sur le toit de leurs véhicules pour singer les milliers d’arrogants hauts fonctionnaires et leurs impérieux gyrophares.

Dans le monde sans pitié des années 1990, les voitures de luxe pouvaient faire ce qu’elles voulaient, puisque 200 roubles glissés à un policier vous tiraient d’affaire. Le code de la route a fini par être oublié, et le résultat, c’est que la Russie affiche aujourd’hui les pires statistiques en matière de sécurité routière : environ 200 000 accidents de la route ont coûté la vie à 31 000 personnes en 2009, selon le ministère de l’Intérieur. Mais ne noircissons pas le tableau outre mesure.

Une tendance positive se fait jour car les conduites agressives laissent la place à des manières plus humaines. Il arrive désormais - ô miracle ! - que des conducteurs vous laissent sortir d’une route secondaire ou s’arrêtent devant un piéton traversant sur un passage clouté. On n’eût imaginé pareille bienveillance cinq ans plus tôt.

La classe moyenne tolère de moins en moins ceux qui enfreignent les règles. L’indignation a atteint son comble quand, en mai dernier, une Mercedes S600 équipée d’un gyrophare et grillant un feu dans le centre de Moscou a percuté une BMW. La voiture fautive appartenait au sénateur et oligarque Suleiman Kerimov. L a police a commencé par nier l’accident puis la culpabilité de la Mercedes. Mais quand plusieurs témoins ont posté des images sur l’Internet, une vague de protestations publiques s’est soldée par la comparution d’un homme au tribunal, qui f ut condamné à une amende de... 2,40 euros.

La révolte prend parfois une tournure cocasse. Une vidéo postée sur l’Internet montre un individu coiffé d’un seau bleu « attaquant » une voiture avec gyrophare en montant sur son toit, juste devant le Kremlin . C’est la classe moyenne en action.

Les conducteurs sont l’une des forces politiques de base les mieux organisées du pays. Ils ont déjà mis sur pied des manifestations massives contre le prix de l’essence, les tarifs d’importation et la corruption des agents de la circulation. Ils deviennent de plus en plus actifs dans leurs revendications contre l’élite des gyrophares.

Aussi étrange que cela puisse paraître, aujourd’hui, la démocratie en Russie porte un seau bleu sur la tête !

Ben Aris est rédacteur en chef de Business New Europe


Cliquez sur l’image pour arrêter ou continuer le diaporama

Crédits photos : Sergueî Savostiyanov, Konstantin Zavarzhine, RG



Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.