Quelques astuces pour voyager en Russie

Le lac Baïkal. Photo d'Evy Hua

Le lac Baïkal. Photo d'Evy Hua

La langue
Il s'agit probablement du plus gros problème pour le voyageur en Russie, dans la mesure où il est nécessaire de comprendre au moins quelques mots de russe pour pouvoir déchiffrer les panneaux. Dans les plus grandes villes, il n'est pas rare de rencontrer des gens qui comprennent l'anglais, surtout parmi les jeunes, mais n'espérez pas y trouver un vivier d'anglophones.

Arnaques
Même si la plupart de mes expériences en Russie ont été bonnes, certaines constantes ne sauraient évoluer. Comme partout, si les prix ne sont pas indiqués sur les souvenirs, les touristes finissent par payer plus cher. Je me souviens avoir programmé un séjour au Lac Baïkal avec une agence qui nous a proposé une chambre à 3 000 roubles (environ 80 euros) la nuit, par personne. Mon petit ami, dont le russe est la langue maternelle, a directement appelé l'hôtel, pour découvrir que la chambre ne coutait que 750 roubles (20 euros). Si vous prévoyez un voyage en Russie et que vous avez quelques bases de russe, n'hésitez pas à surfer sur Internet et essayez de contacter vous-même les hôtels et auberges. Ou bien laissez-vous tenter par couchsurfing, le réseau social en ligne. Vous nouez des contacts avant votre départ et après vous être mis d'accord, vous pouvez rester chez vos hôtes, sur leur canapé.

L’hospitalité
Mes connaissances en russe sont rudimentaires, mais je suis ouverte avec les gens que je rencontre lors de mes voyages. Comme partout, vous croiserez des gens renfrognés et d'autres accueillants, mais je ne dirais pas que les Russes sont particulièrement froids, pas plus que les autres. Je me souviens d'une vieille femme sur l'Île d'Olkhon au Lac Baïkal, qui communiquait avec moi malgré mes quelques mots de russe et m'avait offert de la confiture faite maison et des champignons. Ou bien une femme que nous avions rencontrée et qui nous avait invités à passer la nuit chez elle pour économiser un peu sur l'hôtel. Les gens semblent s'intéresser aux étrangers. Ne craignez rien si des Russes vous invitent à boire avec eux. C'est une bonne opportunité de se faire des amis et d'entrer dans des conversations intéressantes. Ils comprendront très bien si vous ne videz pas votre verre de vodka cul-sec comme eux, et normalement, ils ne vous forceront jamais à boire.

Criminalité
Comme partout, votre portefeuille peut disparaître entre les mains d'un pickpocket si vous ne faites pas attention. Personnellement, je ne me suis jamais sentie particulièrement en danger, ni à Moscou, ni en région. Les pickpockets ne gangrènent pas certains lieux en particulier, ils peuvent être partout.

Sur les routes
Circuler en voiture peut être problématique, certaines routes étant plutôt en mauvais état, même à Moscou. Si vous débarquez à l'aéroport Cheremietevo à Moscou, la route principale pour rejoindre le centre n'est pas le meilleur moyen, elle est toujours engorgée. Je vous recommande vivement de prendre le train Aeroexpress. Mais autour de la capitale, n’hésitez pas à louer une voiture pour découvrir la campagne. C'est un peu plus délicat en Sibérie. Si vous décidez de vous rendre à Irkoutsk et au-delà, réfléchissez bien avant de prendre vous-même le volant. J'ai récemment parcouru les 666 kilomètres de Dalton Highway en Alaska (une route majoritairement recouverte de graviers, appelée aussi “l'autoroute du suicide”), une expérience précieuse en termes de conduite. Quoi qu'il en soit, en Sibérie, je laisserais encore le volant à un chauffeur local professionnel. Quand nous avons fait le trajet entre Irkoutsk et Olkhon à bord d'un petit van, notre chauffeur s'est arrêté deux fois pour changer un pneu crevé. Parfois, on avait l'impression que c'est le véhicule tout entier qui va se retourner. Et bien évidemment, plus on s'éloigne d'Irkoustk, moins les routes sont praticables. Quand la route est mauvaise, le paysage a l’avantage de paraître encore plus beau. Et vous pouvez toujours prendre le train. Vous avez bien sûr les voyages à la russe, en “platzkart” (3e classe) où vous serez vraiment parmi les locaux. Mais il existe également d'autres classes, y compris des compartiments de luxe.

Dans le ciel
D’aucuns font toujours part de sentiments mitigés quand il s'agit d’emprunter des lignes aériennes russes. Des compagnies économiques comme Avianonva et SkyExpress existent et leurs services sont, selon moi, équivalents à ceux des compagnies de même type en Europe. Leurs avions ne sont ni obsolètes ni bancals. Les billets peuvent s'acheter sur Internet, sur un site en anglais. Personnellement, j'aime beaucoup Aeroflot et j'ai récemment pris un vol pour Pékin avec eux.

L’hygiène dans les zones rurales
J'aime bien comparer la Russie et la Chine, où j'ai également voyagé en dehors des villes. Evidemment, les toilettes publiques, par exemple, sont différentes à la campagne. Même de nombreux Moscovites ont une datcha (maison de campagne) sans canalisation. Bien sûr, les toilettes sibériennes sont particulièrement fonctionnelles. Un trou dans la terre, pas de rebords. Pour la nourriture, j'ai mangé dans des endroits perdus sans jamais avoir de problèmes. Je crois qu'il n'y a pas plus de risques qu'ailleurs, mais cela dépend aussi de la sensibilité de votre estomac.

Un toit dans les petites villes et à la campagne
A Saint-Pétersbourg, nous sommes allés dans un « mini-hôtel », plutôt bon marché. Cela ressemble à un grand appartement privé où plusieurs chambres sont utilisées comme chambres d'hôtes, qui se partagent une ou deux salles de bain, comme dans une auberge. Ce type d'endroits existe dans la plupart des villes russes. La culture hôtelière en Russie n'est globalement pas très développée. A Khouzir, un village reculé près du lac Baïkal, les habitants attendent l'arrivée des bus pour proposer des chambres privées aux voyageurs à partir de 300 roubles (8 euros) la nuit. Si vous êtes aventurier, c'est certainement la meilleure façon de rencontrer des locaux.

Valise sous cellophane ?
Pour les vols domestiques en Russie, on vérifie que vos bagages portent bien le même numéro que celui de votre carte d'embarquement. C'est la même chose sur les vols domestiques en Chine.

Dans les aéroports russes, vous croiserez d'étranges machines qui emballent les bagages dans de la cellophane. Les Russes s’en servent souvent pour éviter de se faire voler. J'ai demandé à mon voisin ce qui se passerait si quelqu'un avait l'audace de manquer de respect à la subtile couverture de plastique, la coupait et volait ce qu'il y avait à l'intérieur du sac. “Eh bien, dans ce cas-là, vous pouvez porter plainte”, m'a-t-il répondu. “Et où porte-t-on plainte? - Auprès de la première personne qui passe”. Je ne comprenais pas. “Et vous pouvez les poursuivre, l'aéroport ou quelqu'un, et être remboursé?” J'avais vraiment envie de comprendre “Eh bien, non, vous ne pouvez pas vraiment engager de poursuites”. Pause. “Mais si vous faîtes emballer votre bagage, il y a moins de chances que quelqu'un l'ouvre et vole quelque chose”.

En tant qu'étranger, on vérifiera très probablement votre enregistrement à l'aéroport pour les vols domestiques. Si vous restez plus de trois jours ouvrés dans une ville, vous devez vous y enregistrer (généralement, les hôtels s’en chargent).

Questions de prix et de nourriture
Les prix sont sensiblement inférieurs en dehors de Moscou. Vous pouvez facilement vous offrir une table dans les restaurants les plus chics des petites villes. Je me souviens d'une addition dans un restaurant à Veliki Novogorod qui a fait éclater de rire mon ami. Cela a dû paraître particulièrement arrogant au pauvre serveur, mais c’était une bonne surprise pour nous que cette addition aussi abordable.

Les petits cafés sont des endroits idéaux pour s'arrêter et se reposer quand on fait de la route. Ils sont souvent ouverts 24 h/24 et proposent des plats typiquement russes.

Comme partout, le voyageur téméraire découvre des choses inattendues: nous avons trouvé un café Internet sur l'Île d'Olkhon, à côté d’une yourte.

Vous devriez pouvoir trouver de la nourriture exotique, car la Russie croise beaucoup de minorités et d'influences culinaires. Dans une partie de la Sibérie, ils ont par exemple de très bons plats aux accents mongols.

L’incontournable bania russe
Si vous avez l'occasion, essayez le bania sibérien. C’est comme un sauna, mais d’après moi, en vraiment mieux. Dans une pièce, on vous fait suer, et ensuite vous pouvez vous arroser d'eau chaude et d'eau froide. Vous ne vous sentirez jamais aussi propre et frais qu'en sortant du bania et j'échangerais avec plaisir n'importe quelle salle de bain contre un bon bania.

La sympathie de vos hôtes
Parfois, vous rencontrerez des gens qui vous emmèneront vous promener dans la région. A Veliki Novgorod, nous avons rencontré un professeur dans le kremlin de la ville, qui, sans être guide officiel, nous a proposé de nous montrer les environs. Soyez prêts. Ces guides ont souvent beaucoup à dire et peuvent ne pas tout à fait coller à vos contraintes horaires. Sur Olkhon, un garçon de 17 ans nous a fait faire une ballade magnifique. Il nous a guidés dans une escalade aventureuse sur un rivage, nous a montré l'endroit parfait où nous baigner et nous a raconté les histoires mystiques des chamanes de l'île. Les gens que vous rencontrerez en Russie prendront certainement une place spéciale dans votre mémoire et dans votre cœur.



Mi-chinoise, mi-tchèque, avec un peu de sang polonais et née à Vienne, rien d'étonnant à ce qu'Evy Hua se sente comme à la maison dans plus d'un pays. Actuellement étudiante en commerce international à l'Université d'Economie et d'Administration économique de Vienne, Evy aime voyager. Mais elle ne se contente pas de visiter un endroit. Elle veut épuiser les lieux. Comment vivent les locaux, quelles sont les traditions, la vie de tous les jours? Quand la routine s'installe et que les choses deviennent familières, elle a atteint son but! Evy vit en ce moment entre Vienne et Moscou. Vous pouvez lui laisser feedbacks et commentaires à l'adresse russianevy@yahoo.com. Elle tient également un blog sur la page anglaise de la Russie d’Aujourd'hui, Russia beyond the headlines.


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.