L’Empire russe en images (+Diaporama)



 Le photographe Sergeï Prokudin-Gorsky immortalisa une période dramatique de l’histoire : l’Empire russe à la veille de la Première guerre mondiale et de la révolution. Il ne se contenta pas de saisir des paysages et des monastères, mais aussi des prisonniers Ouzbeks dans une prison de province, de jeunes paysannes russes, des prisonniers de guerre austro-hongrois. Ses clichés, pris pendant de longs voyages en train, saisirent un monde pris dans un tourbillon et en proie à des changements monumentaux.

Prokudin-Gorsky fut le pionnier de la photo couleur, et un siècle plus tard nous pouvons enfin admirer son œuvre fascinante. Ses images uniques de la Russie, imprimées sur des plaques de verre, ont été achetées à ses héritiers par la Bibliothèque du Congrès en 1948. Aujourd’hui, une nouvelle exposition, la technologie numérique aidant, présente son travail au grand public.

Né en 1863 à Mourom, dans la province de Vladimir, Prokudin-Gorsky étudia la chimie avant de se consacrer au développement de la photographie, aux cotés de scientifiques de renom à Saint-Pétersbourg, Berlin et Paris. Ses recherches originales se soldèrent par des brevets pour la production diapositives en couleur et la projection de dessins animés en couleur. Il utilisait une caméra qui prenait une séquence de trois photos monochromes, chacune à travers un filtre de couleur différente. En projetant les trois images, il reconstituait les couleurs authentiques de la scène.



Prokudin-Gorsky parcourut la Russie en train. Le tsar Nicolas II avait mis à sa disposition un wagon-chambre noire et deux permis qui lui donnaient accès aux zones fermées. Il put ainsi photographier librement l’Empire russe de 1907 à 1915.

Prokudin-Gorsky quitta la Russie en 1918, en traversant la Norvège puis l’Angleterre, avant de se poser en France. À ce moment là, le tsar et sa famille avaient déjà été exécutés, et l’empire, documenté avec tant de soins par le photographe, détruit. Prokudin-Gorsky mourut à Paris en 1944.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.