Une «start-up» Internet promet d’éliminer le piratage

Les fournisseurs de contenu payant évitent encore  le marché russe. Photo de PHOTOXPRESS

Les fournisseurs de contenu payant évitent encore le marché russe. Photo de PHOTOXPRESS

Deux entrepreneurs concoctent une vaste bibliothèque payante destinée à séduire un marché de 65 millions d’usagers dans l’ex-URSS. Ne reste plus qu’à trouver les fonds !
En Occident, il est difficile de faire rapidement d’un site internet une réussite commerciale. En Russie, c’est encore plus complexe. Le Britannique Simon Dunlop et son associé russe Alexei Ostroukhov ont pourtant la foi. Leur idée est de lancer une plateforme de téléchargement de musique, de livres et de films, en répondant à la demande potentielle de 65 millions de clients en ligne à travers toute l'ex-Union Soviétique. Selon Dunlop, il n'y a que cinq personnes dans tout le pays qui ont investi dans les TMT (technologies, médias et télécommunications). Vu que seul un Russe sur quatre possède un compte bancaire, et que les possesseurs d’une carte de crédit sont encore moins nombreux, comment faire payer un tel service ? D’autant que le piratage est loin d’avoir disparu... du coup, aucune grande maison de disque ne veut investir le moindre kopek.

Pourquoi jouer aux Don Quichotte ? Parce que l’Internet russe présente d’immenses perspectives et connaît une croissance exponentielle. Le site 
littéraire bookmate.ru a déjà été lancé et sa plateforme de téléchargement des films sera 
opérationnelle l'an prochain. Et le site musical phare zvooq.ru suivra dans quelques mois, ce qui sera un moment crucial pour l'entreprise.

Dunlop et Ostroukhov n’ont pas l’air d’être les mieux armés pour l’aventure. Ostroukhov n’a pas vraiment fait d'études : il est tombé amoureux de l'informatique au début des années 1990, peu après la chute du Rideau de fer, et est aussitôt devenu « hacker ». Dans les années 1990, une compagnie britannique le démasque et le persuade de se joindre à son équipe de lutte contre les pirates pour les grandes sociétés. Il n'avait que 17 ans à l'époque, et actuellement, il est l'un des informaticiens les plus expérimentés du pays.

Dunlop a une histoire tout aussi originale. En 1992, il fut envoyé à Moscou par la société britannique Lonrho avec le tout premier conteneur de cigarettes Marlboro légalement importé, et avait pour mission d'établir en Russie une société de distribution. Il lui a fallu une semaine pour vendre toute la marchandise et obtenir des commandes nécessitant 60 autres conteneurs. Au cours des années qui suivirent, il aida la compagnie Philip Morris à 
développer le commerce de distribution de cigarettes, qui représente plusieurs milliards de dollars.

Le concept du site zvooq.ru, c'est de déplacer tout le contenu textuel, musical et vidéo du disque dur de l'ordinateur sur le serveur, en se débarrassant de tout intermédiaire technologique. Chacune des trois plateformes de téléchargement possède des dizaines de milliers de titres qu'on peut choisir d'écouter, de regarder ou de lire. « Ce n'est pas un magasin de musique en ligne dans le sens traditionnel du terme. Il s'agit plutôt d'une bibliothèque où vous payez l'entrée, et une fois que vous êtes à l'intérieur, vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le souhaitez et prendre tout ce que vous voulez », résume Dunlop. 
Celui-ci espère désormais 
séduire les grandes maisons de disque internationales, qui n’ont pas encore établi une stratégie cohérente pour venir à bout du piratage. « Le site sera une révolution pour l'industrie de la musique, car les labels musicaux auront pour la première fois un moyen légal de distribuer et promouvoir leurs produits dans l’ex-URSS. Les artistes sont ravis, car avec ce site nous 
démocratisons le commerce musical ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.