Kadyrov, fils à maman

« Selon les traditions tchétchènes, il est interdit de se disputer avec des personnes plus âgées », telle est la phrase attribuée à Mme Kadyrova et citée sur le site Internet officiel du président tchétchène mardi dernier. « Les Tchétchènes ont toujours fait des concessions à leurs aînés, même lorsque ces personnes ne sont pas objectives sur tous les plans. C'est pourquoi je demande que les actions en justice intentées à l'encontre de [Oleg] Orlov [directeur de l’ONG Mémorial] et de [Lioudmila] Alexeïeva [présidente du Groupe Helsinki de Moscou] soient abandonnées. »

Kadyrov avait intenté ces procès à la suite de l’assassinat de la militante tchétchène des droits de l’homme Natalia Estemirova l’été dernier, lorsque Oleg Orlov, 56 ans, puis Lioudmila Alexeïeva, 82 ans, avaient tenu M. Kadyrov pour responsable de la mort de Estemirova. Le leader tchétchène, qui a été accusé de violations des droits de l’homme mais passe également pour avoir reconstruit les infrastructures de la République déchirée par la guerre, avait juré de prendre sa revanche au tribunal.

La décision de Kadyrov est survenue une semaine avant la date prévue du début d’un procès en diffamation devant un tribunal de Moscou contre le journal d’opposition Novaïa Gazeta, dont les journalistes publient fréquemment des révélations sur la corruption et les violations des droits de l’homme en Tchétchénie. Cinq personnes liées à ce journal, dont la journaliste primée Anna Politkovskaïa, ont été assassinées depuis 2000.

La mère de Kadyrov, ainsi que d’autres personnalités publiques, dont certains membres de la Chambre publique comme Anatoly Kucherena et les journalistes Maxim Shevchenko et Vladimir Mamontov, ont demandé à Kadyrov de cesser les actions judiciaires.

« Les auteurs de cette lettre ne doutent pas du droit de M. Kadyrov d’intenter ces procès ni du fondement qui justifie ces actions en justice », a affirmé le porte-parole de Kadyrov, Alvi Karimov, dans une déclaration, ajoutant que « des procès antérieurs ont déjà démontré la validité des arguments du président tchétchène devant le tribunal ».

Selon Orlov, Kadyrov a pu être incité par des représentants officiels du Kremlin à cesser ces actions en justice. Orlov a ajouté qu’il s'attendait à cette nouvelle.

« Les investigateurs étaient sur le point de prendre une décision sur le procès intenté contre moi : soit ils m’inculpaient et l’affaire allait au tribunal, soit ils ne m’inculpaient pas », a-t-il déclaré au journal « Les Nouvelles de Moscou ». « De toute façon, j’aurais remporté ce procès. Lorsque j'ai discuté récemment avec l’investigateur, il m’est apparu évident qu’ils s’apprêtaient à renoncer au procès parce qu’ils n’avaient aucune preuve valide contre moi ».

Orlov ajouta : « Je savais, même si je ne peux pas dévoiler mes sources, que la décision de cesser les actions judiciaires à mon encontre et à l’encontre de Novaïa Gazeta avait déjà été prise. Apparemment Kadyrov a également eu connaissance de cette décision ».

La nomination le mois dernier d’Alexandre Khloponin au poste de vice-Premier ministre et envoyé présidentiel dans le nouveau district fédéral du Nord Caucase a mis en évidence la préoccupation du gouvernement au sujet de la situation des droits de l'homme dans cette région.

« Nous avons besoin de comprendre où va l'argent et s'il est dépensé de façon efficace », a déclaré le président russe Dmitri Medvedev après la nomination de Khloponin, qui travaille également directement sous l’autorité du premier ministre Vladimir Poutine. « C’est pourquoi nous avons besoin d'un directeur économique dans cette région, pas d'un homme fort ».

Selon l’analyste du Caucase Sergueï Markedonov, Kadyrov a réellement été persuadé par sa mère d’abandonner les actions en justice.

« Si le Kremlin a pris cette décision, alors nous pouvons dire qu’il maîtrise la situation », a déclaré Markedonov, maître de conférences en histoire à l’Université d’Etat de Russie pour les humanités. « Mais c’est un scénario trop optimiste, je doute sérieusement que ce fut le cas. Kadyrov s’est très probablement contenté d’agir avec pragmatisme ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.