Poutine fait le siège des technologies françaises

La visite de Poutine en France démarre sous de médiocres auspices en dépit de la montagne de contrats annoncés entre les deux pays. La surprise vient du fait que Sarkozy ne rentrera pas à temps du Brésil pour rencontrer l'homme fort de Russie. Un geste éloquent indiquant un sérieux mécontentement français sur l'attitude de la Russie dans le dossier iranien. Poutine n'a pas l'habitude de se contenter du numéro deux des pays qu'il visite. Il devra se satisfaire de son homologue François Fillon pour souder les alliances AvtoVAZ-Renault & EDF-Gazprom (South Stream). Cette fois-ci, c'est la Russie qui est en position de demandeuse. Poutine vient quémander des investissements pour ses projets stratégiques. La vente de porte-hélicoptères Mistral français et un coup de pouce des banques françaises dans l'introduction en bourse de RusAl seront peut-être également évoqués de manière informelle.
Video
Les Echos: En images - Poutine à Paris : toujours maître du Kremlin?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.